LE MONUMENT AUX MORTS

Après la première guerre mondiale, entre 1920 et 1925, la majorité des 36000 communes de France, décida d’ériger des monuments en hommage à leurs morts pour la patrie.

L’état réglementa ces édifications et aida à leur construction en accordant des subventions qui s’ajoutèrent aux souscriptions populaires lancées bien souvent par les anciens combattants.

Il ne s’agissait pas de glorifier la victoire mais d’honorer ceux qui avaient perdu la vie et de rappeler leur sacrifice.

A Roquefort des Corbières, le 27 février 1921, le maire du village, Aubin Alexandre, informait les membres du conseil municipal que la souscription en faveur de l’érection d’un monument commémoratif atteignait la somme de 8725 francs.

En août 1921, le conseil municipal approuvait les plans présenté par M Gourdon architecte et décidait que le monument serait érigé sur un terrain communal en bordure de la rue du puits.En outre, il inscrivait en recette la somme de 8725 francs, produit de la souscription publique et décidait que la totalité de la dépense qui s’élevait à 15 800 francs  serait prise en charge grâce à un prélèvement de 8000 francs sur le budget de la commune.

Voici donc le premier projet:

a-d-11-2-o-p-2608-et-2610-028

Comme on le voit, à l’origine, ce monument devait s’élever devant l’église sur un terrain bordant la rue du puits, aujourd’hui rue des trois moulins.

Ce terrain était-il trop exigu ou bien un monument laïque ne pouvait pas se situer à côté d’un édifice religieux? Nous n’avons pas réussi à trouver la raison du changement de place de notre monument aux morts.

En  juin 1922, la commune décidait l’achat d’un terrain avenue de Sigean, terrain appartenant M Baptiste Alexandre et fort bien situé selon la lettre de l’architecte.

Voici les plans du second projet et le dessin de la statue.

a-d-11-2-o-p-2608-et-2610-047

 

a-d-11-2-o-p-2608-et-2610-044

 

Les travaux sont presque terminés, les ouvriers prennent la pose.

monument1

 

Photographie de l’inauguration du monument aux morts.

monument2

Cette inauguration fut célébrée avec faste et donna lieu à une grande fête ainsi qu’à un banquet; ce qui obligea le conseil municipal de la commune lors de la séance du 19 août 1923 à délibérer sur les dépenses faites et impayées. La commune n’ayant pas les ressources suffisantes pour y faire face, il fut décidé de recourir à un emprunt!

a-d-11-2-o-p-2608-et-2610-001

Publicités