SAUVONS NOS CABANONS DE VIGNE!

SAUVONS NOS CABANONS DE VIGNE !

Édifies à la fin du XIXe siècle ou dans la première moitié du XXe, près de cinquante  cabanons de vigne  parsèment le paysage roquefortois.

Nos aïeux les avaient construits pour s’abriter et loger le cheval par mauvais temps.

Nous les avons recensés et hélas il ne reste presque plus rien d’une douzaine d’entre eux, un pan de mur tout au plus.

Le vent (ou des pilleurs) a emporté les tuiles de quelques autres, certains menacent de  s’écrouler dans la décennie à venir.

Bien sur, il ne s’agit pas de les reconstruire pour en faire un gite locatif ou pour les vendre ensuite comme résidence secondaire mais cependant il nous semblerait  judicieux qu’une convention liant la municipalité et des propriétaires désireux de sauvegarder leur cabanon soit élaborée et rédigée afin que ces « survivants » de notre ruralité puissent résister encore longtemps aux intempéries et aux outrages du temps.

 

Cabanon de garouille

Cabanon de Garouille

Cabanon de Saint Clément

Cabanon de Saint-Clément.

 Il y a quelques années encore, il avait un toit !

Et demain?

 

 

cabanon sur Cantéoulé

 

Cabanon sur Cantéoulé.

 

Liens Intéressants

LIENS INTÉRESSANTS

 

Il nous a paru utile de donner les adresses des  sites d’associations qui ont des centres d’intérêts proches des notres et qui sont de Roquefort ou bien géographiquement voisins de notre commune.

Si vous souhaitez que d’autres liens vers des associations soient insérés sur notre site, vous pouvez nous le faire savoir. Toute contribution est bienvenue.

 

roquefort 016 

1-Pour les amateurs de randonnées, pour ceux qui aiment arpenter la garrigue, pour tous ceux qui veulent découvrir des sites uniques, allez voir le site de cette association roquefortoise. Son président, Jean-Marie Sanchis, pourra vous guider.

Roquefort Corbières Randonnées

2-L’Association « La Voix des Garrigues » regroupe des passionnés des paysages des Corbières Maritimes, soucieux de l’équilibre entre l’homme et son environnement.

Voici l’adresse de leur site.

La voix des garrigues

3-Pour mieux connaitre la région et découvrir le patrimoine de la narbonnaise :

http://www.parc-naturel-narbonnaise.fr/

4-Site du musée des Corbières de Sigean:

http://audealaculture.fr/musees/collection-histoire 

5-Le « Garri » une association qui étudie l’espace rural audois en particulier le Massif de Fontfroide sous ses différents aspects (historiques, géographiques, culturels….)

http://garri11.free.fr/

 

6-Si vous voulez faire une randonnée aux alentours du village de Lapalme.

http://lapalme-tourisme.com/fr/sport/59-randonnees-a-pied-ou-vtt.html

 

7-Pour mieux connaitre l’histoire du château du Lac et du château de Mattes.

https://sites.google.com/site/sigeanhistoireduchateaudulac/home/la-sombre-destinee-du-chateau-du-lac

8-Si vous êtes intéressés par la spéléologie:

spéléo club de la Serre de Roquefort des Corbières. Roquefort des Corbières AUDE

 

 

 

Toponymie et microtoponymie de la commune

Un toponyme est un nom de lieu et la toponymie est l’ensemble des noms de lieux d’une région ou comme ici d’une commune.

Un microtoponyme est un nom de lieu secondaire affectant une superficie réduite. On utilise aussi le terme d’anthropotoponyme quand le nom du lieu provient du nom d’une personne (exemple La Murelle vient de la famille Murel)

Depuis des siècles, les hommes ont baptisé des lieux, leur donnant des noms pour mieux communiquer, c’était aussi un moyen pour le défricheur de s’approprier des morceaux de terre, pour les bergers c’étaient des repères visuels qui étaient dénommés.

En étudiant les noms de lieux on peut faire défiler toute l’histoire de notre commune et retracer le passage de ses différents habitants.

Les celtes, les premiers peut-être, nous ont laissé le toponyme « La Cassagne » forêt de chênes. Les romains nous ont donné « La serre de Ferrus » (ferus signifiant sauvage, non cultivé).

Les wisigoths à leur suite nous ont légué le terme « bosc » forêt (Le Bosc Negre, le camin del bosc).

Grace au compoix de 1583, nous savons que nos lointains aïeux désignaient par le même nom que nous, des lieux chers aux Roquefortois : « la Combe de Laval » « la Roque Traucade »

Quant à « l’Estron de la Vieille », à quelle époque un berger malicieux a-t-il baptisé ainsi cette colline dont le sommet se voit de fort loin ?

Un dictionnaire des lieux dits de Roquefort des Corbières sera sans doute édité par notre association, Marc Pala (qui d’autre que lui ?) y travaille et l’ouvrage est en bonne voie, en attendant nous vous proposons une vue satellitaire de la commune légendée de tous les toponymes connus à ce jour. Il suffit de cliquer sur le lien suivant :

TOPONYMIE DE LA COMMUNE DE ROQUEFORT DES CORBIERES

Pour terminer, une citation de Marc, « Que reste-t-il d’un lieu quand tout est effacé, ses appellations, son histoire…? »

 

 

 

Jean Massines et Jean Pideil, Transhumants Catalans

Voici un témoignage recueilli par Annie de Pous sur les derniers bergers qui venaient à Roquefort.Ces documents ainsi que les photos ont été transmis par Gérard Rabat,ancien maire de Py, à Madame Martine Cantié qui à son tour nous les a fait parvenir.

C’est Marguerite Massines, épouse de Jean Massines et belle-sœur de Jean Pideil qui parle.

« J’habitais Py et étant jeune j’accompagnais avec mon frère le troupeau paternel qui allait passer l’hiver à Roquefort des Corbières.

Partant de Py, nous suivions la route jusqu’à Marquixanes et de là on prenait la route d’Arboussols jusqu’à l’entrée des gorges. On passait ensuite au monastère de Marcevol, Montalba, Cassagnes, La Tour de France, Tautavel, Vingrau, Embres, St Jean de Barrou, Fraisse et Roquefort. »

JeanMassine
JEAN MASSINES né le 25 novembre 1900 à PY et décédé le 27 octobre 1982 à PRADES.

 

Jeanpideil
 JEAN PIDEIL né le 14 août 1902 à PY et décédé le 16 mars 1971 à CARCASSONNE surnommé MARTINE

 

Du village de Py dans les Pyrénées Orientales jusqu’à Roquefort, il y a 126 km environ.

Les bergers couvraient la distance en six jours soit une moyenne de 20 km par jour.

Au retour, l’itinéraire était un peu différent, afin d’éviter les vignes en pleine végétation.

Roquefort, Embres, Cucugnan, Maury,Lesquerde, St Martin, Prat de Sournia, Sournia, Roca Jalera, Catlhat, Py.

Transhumance de Py

 

CHEVRES PY&nota

TORRES Marc dernier Berger 4

Marc Torres, le dernier berger de Roquefort.

 

Les revues de l’Association

 

Editions de l’Association Roquefort Histoire et Patrimoine

Toutes ces revues ont été conçues et réalisées par l’association et imprimées avec l’aide de la Mairie de Roquefort des Corbières et de l’association CDS/PCO.

Elles sont disponibles au prix de cinq euros au siège de l’association 7, chemin de Saint-Martin 11540 Roquefort des Corbières ou bien à l’épicerie du village.

E.mail : roqhistpatri@orange.fr

1- « En hommage aux poilus Roquefortois » (Robert Masquet)

Un travail de mémoire afin d’honorer le souvenir des 193 soldats Roquefortois mobilisés lors de la Grande Guerre.

couverture0012- « Le compoix de 1583 » (Bernard Péricon)

Analyse d’un compoix (ancêtre de nos matrices cadastrales) de la fin du XVIe siècle: la population et l’économie du village.

couverture002

3- « La grève des ouvriers agricoles de Roquefort des Corbières en 1904 » (Robert Masquet)

Suite à la baisse de leur salaire journalier, les ouvriers agricoles réclament des augmentations et organisent un syndicat agricole.

couverture003

4- « Carnet de route d’un soldat réserviste en 1914 » (Mise en page Robert Masquet)

Bernard Ernest Rapin de La Nouvelle a tenu son journal de soldat du 11 août 1914 au 26 septembre 1914 (tome 1) puis du premier octobre 1914 au 20 décembre 1914 (tome 2) avant de regagner son foyer après une blessure par balle en février 1915.

couverture004    Carnet de route

 

5-« Inventaire du patrimoine pastoral de Roquefort des Corbières » (Robert Masquet)

Photographies des capitelles et des abris pastoraux.

couverture006

6- « Une famille Roquefortoise, les Alexandre » (Bernard Péricon, Robert Masquet)

L’histoire ordinaire d’une famille de la fin du XVIe siècle à nos jours.

couverture007

7- « Les Delom, seigneurs de Roquefort du XVIe au XVIIIe siècle » (Bernard Péricon)

Une étude généalogique de la famille Delom  de Roquefort.

couverture008

8- « Quelques outils anciens de la vigne et de la tonnellerie »

Photographies de l’exposition de juillet 2010.

couverture005

9- « Mégalithe et tumulus à Roquefort des Corbières » (Yves Solier)

Etude réalisée par Yves Solier et parue en 1961, complétée par des notes additionnelles sur le dolmen du pla des Courbines fouillé en 1958.

couverture009

 

10- « Crimes, châtiments et autres faits divers » (Philippe Castan, Robert Masquet)

Des anecdotes sur les méfaits, délits ou crimes à Roquefort des Corbières depuis 1611!

couverture010

11- « Le site castral de Montpezat et l’occupation de son territoire » (Yves Solier)

Présentation des résultats de nombreuses prospections sur des sites médiévaux connus ou inconnus du domaine de Montpezat.

couverture011

12- « Ma vie de soldat, cahier de Louis Castan » ( Mise en page de Philippe Castan)

De mars 1918 à mars 1919, la vie quotidienne d’un jeune homme de 19 ans,mobilisé à la fin de la guerre.

couverture012

 

13- « Le pastoralisme à Roquefort des Corbières » (Philippe Castan, Frédéric Olive)

Un essai sur l’élevage ovin dans l’histoire du village ainsi qu’un inventaire des bergeries de la commune.

couverture013

14- « Des limites de Montpezat (ou l’incertitude des limites) «  (Marc Pala)

Limites