BÂTIMENTS MARQUANTS DE LA COMMUNE

LE FOYER DES CAMPAGNES

De 1911 à 1914, le conseil municipal de Roquefort des Corbières s’était penché sur le projet de création d’une place publique et l’ouverture d’une rue.

Il avait été envisagé l’achat d’un terrain ainsi que d’un immeuble et d’une cour appartenant à M Schwab et auparavant à Madame veuve Sicre au lieu-dit « Champ de la Fount ».

Ce choix fut ensuite abandonné et le 29 mai 1913, le conseil municipal vota l’achat d’un terrain bâti appartenant à  Monsieur Léonce Castan  et d’une parcelle appartenant à Mme Eulalie Ferran.

Mais la guerre survint et le projet fut reporté. Terrains et bâtisses ne devinrent propriété communale qu’au début des années 20.Il fallut attendre le 13 avril 1932 pour voir naître un nouveau projet comportant la création d’une place publique et la construction d’un foyer des campagnes.

Enfin, en  juin 1934, le foyer était inauguré.

ad11_101dv001_033

ad11_101dv001_054

ad11_101dv001_061

ad11_101dv001_067

 

LA CAVE COOPÉRATIVE

 

La première cave coopérative de la commune fut « La Vigneronne » à côté du café. Fondée en 1920, elle regroupait 45 membres porteurs de parts. Les statuts furent édités en 1923.

ad11_101dv001_012

 

La cave coopérative « Saint Martin » fut créée en 1949. Elle fut construite sur des terrains cédés par MM. Joseph Castan et Louis Marty. Sa capacité initiale de stockage était de dix mille  hectolitres. Après des agrandissements successifs,  cela fut porté à trente huit mille.

Jusqu’en 1976, son président fut M Auguste Castan. En 1966, la cave « Saint Martin » fusionnait avec « La Vigneronne ».

De 1924 à 1974, fonctionna aussi une distillerie.

Page0004

 

Page0007

Page0006

 

ad11_101dv001_070

 

Toutes les informations concernant le foyer des campagnes et la cave coopérative sont tirées de la brochure écrite par M Roger Combres dans son « Journal rétro de Roquefort des Corbières ».

 

LE PONT A BASCULE

A la fin du XIXe siècle, chaque municipalité faisait bâtir à l’entrée de sa commune un petit édifice, le poids public appelé aussi pont à bascule.

Disposant d’une plate-forme de pesage, on pouvait ainsi peser le poids des marchandises et prélever un impôt: l’octroi.

Cela permettait  de faire rentrer de l’argent pour entretenir les chemins et les routes: un péage avant l’heure.

En 1900, Roquefort eut donc son pont à bascule.

bascule001

 

 

 

Publicités

QUELQUES OUTILS ANCIENS DE LA VIGNE

Tous les documents et photos présentés ici proviennent de l’exposition réalisée en juillet 2010 par l’association Roquefort Histoire et Patrimoine.

LE TRAVAIL DE LA VIGNE

LES HOUES

outils-anciensa

(collection R Masquet)

La houe dentelée: formée par un grand fer presque carré dont la partie supérieure est plein et la partie inférieure découpée en trois dents en forme de triangle pointu.Elle est utilisée pour effectuer des binages entre les vignes.

outils-anciens2(collection R Masquet)

PICS

outils-anciens3

PLANTOIRS

outils-anciensb

(collection Bernard Cantié)

A l’intersection des lignes, des trous étaient creusés à l’aide d’une »plantadoira ». On y introduisait « la porreta » ( le plant) que l’on arrosait pied par pied pour que la terre fine se tasse bien autour.

 

outils-anciens6(Collection R Masquet)

ARAIRE

outils-anciensc

(Collection Bernard Cantié)

L’araire, utilisé universellement pendant des millénaires, ne retourne pas le sol mais effectue un travail d’ouverture peu profonde de la terre pour préparer l’ensemencement dans les cultures céréalières et pour nettoyer et aérer le sol dans les vignobles. Son usage s’est maintenu en Europe jusqu’au début du XXe siècle, principalement dans le sud.

travaux-de-la-vigne

Cette photo prise en 1975, nous montre Pierre Tichadou avec la dernière mule de Roquefort, »Belou » en train de labourer une vigne au lieu-dit « Les Cabanettes ».En arrière plan, on remarque l’entaille faite par les travaux de construction de l’autoroute au « Col de l’Agrède ».

LES CHARRUES EN BOIS

outils-anciensd

(Collection Jean-Marc Boulard)

Construites avec un bâti entièrement en bois, ce sont les charrues les plus anciennes.Seules les parties tranchantes, soc, versoir et oreille ainsi que le régulateur sont en fer.

REILLE

outils-anciense

(Collection Bernard Cantié)

Au XVIIIe siècle, le soc en bois est remplacé par un soc entièrement en fer, appelé reille. Les reilles les plus anciennes sont forgées d’une seule pièce. Dès le milieu du XIXe siècle, ces socs sont remplacés par des socs coulés en fonte.

outils-anciensf

outils-anciensg

LO GRAPIN

(Collection Jean-Marc Boulard)

CHARRUE DECAVAILLONNEUSE

outils-anciensh

(Collection Jean Marc Boulard)

TREUIL DESTINE A L’ARRACHAGE DE LA VIGNE

outils-anciensi

(Collection Jean-Marc Boulard)

TIRE- BOUCHON POUR BARRIQUE

outils-anciensk

(Collection R Masquet)

SCEAU A BONDE

outils-anciensj

(Collection Bernard Cantié)

Il était utilisé pour incruster des plaques en fer sur les tonneaux.

COUPE MARC OU « TALHA RACA »

outils-anciensl

(Collection Jean-Marc Boulard)

Ils datent du XIXe et du début du XXe siècle. En fer avec un manche en bois.

LES OUTILS DE LA TAILLE

 « LA PODA »

outils-anciensm

(Collection R Masquet)

Serpe méridionale à bec ou à ergot, la forme de cet outil n’a guère varié depuis l’antiquité romaine, où il portait le nom de  » Falx vineatica ».

Cet instrument tranchant monté sur un manche en bois a été utilisé jusqu’à la fin du XIXe début du XXe siècle, époque où il a laissé la place aux ciseaux aux manches de fer puis de bois pour pratiquer la taille.

outils-anciensn

(Collection R Masquet)

Serpe à croc unique sans dos tranchant.

Continuer à lire … « QUELQUES OUTILS ANCIENS DE LA VIGNE »

OUVRAGES A LIRE ET A FAIRE LIRE

En plus des brochures que l’association publie, voici quelques livres dont nous vous conseillons la lecture.

Bien sur, ces ouvrages parlent de notre région et de ceux qui y vivent. Vous pouvez vous procurer certains d’entre eux auprès de Robert Masquet,au siège de l’association, mais d’autres sont épuisés et vous devrez vous rendre à la médiathèque du Grand Narbonne pour pouvoir les lire.

Si vous aussi,vous désirez faire connaitre des livres régionaux qui vous tiennent à cœur, envoyez nous vos suggestions de lecture.

Le carnet n° 18 du Parc Régional de la Narbonnaise qui vient de  paraitre,  a pour sujet la réserve naturelle de Sainte-Lucie. Il raconte l’histoire et la vie quotidienne des hommes et des femmes qui ont vécu ou travaillé sur cette île et évoque la richesse du patrimoine naturel de ce lieu enchanteur.

Vous pouvez vous procurer cet ouvrage au siège de l’association, le prix est de 8 euros.

St Lucie001

 

 

Savoir-faire des Anciens.

livre002

Ce livre, fruit de la rencontre entre un vieux berger de Feuilla et une ethnologue irlandaise, vient de sortir aux cahiers de la Salce. Prix 12 euros.

L’Hortoux. La tour contre la forêt.

Par Marc Pala.Editions du PNR. Prix 3 euros.

L’ancienne frontière. Entre mythe et histoire, un espace de l’entre-deux.

Par Marc Pala.Les Carnets du parc. Editions du PNR. Prix 6 euros.

La Clotte. Aux bornes d’une mémoire.

Par Yves Solier et Marc Pala.Les Carnets du Parc. Editions du PNR. Prix 3 euros.

Le panorama des sites patrimoniaux.

Par Marc Pala. Editions du PNR. Prix 9 euros.

Vents de nulle part et d’ailleurs.

Par Marc Pala. Editions de Babio. Prix 12 euros.Essai sur la mytho-poétique des vents.

Mémoires du vent d’est.

Par Marc Pala. Cahiers de la Salce. Prix 15 euros.

Journal, carnet de voyage,aphorismes,récits.De l’Inde aux Corbières.

Sigean: Guerre 1939/1945.Occupation, évacuation,libération.

Par Jean et Yves Solier. Edition hors série de l’ARHP.

L’Homme et la Garrigue. Images et mystères.

Par Marc Pala. Les amis du patrimoine culturel de Sigean et des Corbières. A se procurer à la médiathèque.Un livre qui retrace l’histoire, les techniques et les croyances de tous les habitants de la garrigue.

Dans le jeu de la terre et de la mer.

Par Robert Pirault. Une présentation des communes du canton par un habitant de Roquefort récemment disparu. On peut trouver cet ouvrage à la médiathèque.

Termenès Fleur d’épine.

Par Claude Pla. Toponymie et micro toponymie d’un ancien pays de l’Aude.A la médiathèque ou bien à la librairie Libellis à Narbonne.

Dictionnaire des Institutions, des Coutumes et de la Langue en usage dans quelques pays de Languedoc.

Par Paul Cayla.

 

 

 

LE MONUMENT AUX MORTS

Après la première guerre mondiale, entre 1920 et 1925, la majorité des 36000 communes de France, décida d’ériger des monuments en hommage à leurs morts pour la patrie.

L’état réglementa ces édifications et aida à leur construction en accordant des subventions qui s’ajoutèrent aux souscriptions populaires lancées bien souvent par les anciens combattants.

Il ne s’agissait pas de glorifier la victoire mais d’honorer ceux qui avaient perdu la vie et de rappeler leur sacrifice.

A Roquefort des Corbières, le 27 février 1921, le maire du village, Aubin Alexandre, informait les membres du conseil municipal que la souscription en faveur de l’érection d’un monument commémoratif atteignait la somme de 8725 francs.

En août 1921, le conseil municipal approuvait les plans présenté par M Gourdon architecte et décidait que le monument serait érigé sur un terrain communal en bordure de la rue du puits.En outre, il inscrivait en recette la somme de 8725 francs, produit de la souscription publique et décidait que la totalité de la dépense qui s’élevait à 15 800 francs  serait prise en charge grâce à un prélèvement de 8000 francs sur le budget de la commune.

Voici donc le premier projet:

a-d-11-2-o-p-2608-et-2610-028

Comme on le voit, à l’origine, ce monument devait s’élever devant l’église sur un terrain bordant la rue du puits, aujourd’hui rue des trois moulins.

Ce terrain était-il trop exigu ou bien un monument laïque ne pouvait pas se situer à côté d’un édifice religieux? Nous n’avons pas réussi à trouver la raison du changement de place de notre monument aux morts.

En  juin 1922, la commune décidait l’achat d’un terrain avenue de Sigean, terrain appartenant M Baptiste Alexandre et fort bien situé selon la lettre de l’architecte.

Voici les plans du second projet et le dessin de la statue.

a-d-11-2-o-p-2608-et-2610-047

 

a-d-11-2-o-p-2608-et-2610-044

 

Les travaux sont presque terminés, les ouvriers prennent la pose.

monument1

 

Photographie de l’inauguration du monument aux morts.

monument2

Cette inauguration fut célébrée avec faste et donna lieu à une grande fête ainsi qu’à un banquet; ce qui obligea le conseil municipal de la commune lors de la séance du 19 août 1923 à délibérer sur les dépenses faites et impayées. La commune n’ayant pas les ressources suffisantes pour y faire face, il fut décidé de recourir à un emprunt!

a-d-11-2-o-p-2608-et-2610-001

LES TROIS MOULINS

Les 3 moulins

LES TROIS MOULINS

Pour accéder aux trois moulins dont on aperçoit les silhouettes imposantes depuis le village, il vous faut remonter la rue des Trois moulins, arrivé à son extrémité, tourner à droite, prendre la rue du Camin Del Bosc sur 200 mètres, tourner à droite suivre le chemin de la Serre et au premier chemin sur votre gauche remonter vers le Pla de Roque (col de Naut). Vous apercevrez sur votre gauche un premier moulin probablement construit au 18e siècle propriété de la famille Alexandre jusqu’en 1863 date de sa démolition. Dans la seconde moitié du XXe siècle, ce qui reste du moulin devient la propriété de la commune qui le vendra dans les années 70. Le moulin est devenu depuis une résidence secondaire.

L’histoire du second moulin est un peu différente, celui-ci fut construit en 1821 en indivision. Vendu en 1859 l’acte de vente décrivait ainsi le moulin:«un moulin à vent allant et moulant, faisant de blé farine, situé sur le pla de Roque» le nouveau propriétaire, boulanger et meunier de son état avait pour épouse une Alexandre. En 1880 les anciens propriétaires le laisseront à leur neveu lui aussi meunier. Abandonné dans la deuxième moitié du 19e siècle, vendu en 1968, il fut lui aussi transformé en résidence secondaire.

Le troisième moulin situé plus à l’est sur le plateau appartenait lui aussi à la famille Alexandre, construit vraisemblablement au 18e siècle il est mentionné en 1829 comme «une vieille tour de moulin à vent construite en maçonnerie qui a été abandonnée» Devenu propriété de la commune, aujourd’hui résidence secondaire. (Le plan cadastral de 1817 dit plan napoléonien il est indiqué «Vieux moulin abandonné»)

Les vieux moulins à vent de nos villages des Corbières ont cessé toute activité depuis plus d’un siècle. Aujourd’hui le cers fait tourner de nouveaux moulins éoliens sur nos collines, ils attendent le nouveau Don Quichotte.

Les compoix de 1583 et 1604 font état d’un moulin à la rivière.

En 1663 il est conclu un bail pour un moulin à eau à moudre le blé à la Murelle en bordure du Rieu.

Sources :

© Une Famille Roquefortoise: Les Alexandre par Bernard Péricon et Robert Masquet. Édition de l’Association Roquefort Histoire et Patrimoine.

roquefort 002

Les 3 moulins

L’UNION SPORTIVE ROQUEFORTOISE

Le 28 octobre 1934, naissait l’Union Sportive Roquefortoise. Cette association avait pour objet l’éducation physique et le développement des connaissances techniques et pratiques du jeu de rugby.

Son siège social est fixé au café Azeau.

Ses membres fondateurs, composant le conseil d’administration, sont:

Louis Castan , président, boucher à Roquefort des Corbières.

André Combre, vice-président, propriétaire.

Emile Salamo, secrétaire, propriétaire.

Joseph Castany, trésorier, propriétaire.

 

L’équipe de l’Union Sportive Roquefortoise en ?

Rangée du haut de gauche à droite:
 Avec le béret Martin CHANAUD, avec la casquette Joseph CASTANY, Robert GOUZY, Michel MARTY, François FRESQUET, Pierre TICHADOU, Noël BALES, Emile SALAMO, avec le béret Louis CASTAN.
Rangée du milieu de gauche à droite:
 Auguste SUZANNE, Emile CHANAUD, Raoul CONTE, Joseph BEY, Pierre GOUZY, Vincent VIVES, Emile BEY et Fonfon MARTY (le soigneur).
 Rangée du bas de gauche à droite:
 Lucien FERRAND, Octave CONTE, Maurice SUZANNE.

Sans titre7

 

L’équipe de l’Union Sportive Roquefortoise en 1927/1928

sans-titre8

Debout de gauche à droite: Armand Combre, Emile Salamo, Maurice Suzanne, Maurice Castan, Joseph Bey, Arthur Bey, Vincent Vives, Terrier, François Fresquet, Armand Tichadou, Gérard Alexandre.

Rang du milieu: Jules Martin Chanaud, Gouzy, Noël Bales avec le ballon (capitaine), Etienne Delmont.

Premier rang: Louis Bonnet, Raoul Conte, Auguste Suzanne.

Saison 1934.

Debout de gauche à droite: Louis Castan, président, Rainury,François Fresquet, Elie Garrigues,Michel Marty, Joseph Bey,Pierre Tichadou,Pierre Gouzy,Emile Salamo.

Rang du milieu: Vincent Vives, Raoul Conte, Lucien Ferrand, Emile Bey, Alphonse Marty, soigneur.

Assis: Maurice Suzanne, Octave Conte et Vincent Viola.

sans-titre12

 Equipe Mixte Sigean-Roquefort en 1934

En 1934, des supporteurs de La Nouvelle vont voir jouer leur équipe à Narbonne. En route, une ridelle se détache, il y a 11 morts dans l’accident. Quelques temps après, en solidarité, une équipe avait été formée pour jouer contre La Nouvelle.La recette fut donnée aux veuves.

Sans titre15

Conte, Renury,Rigole,Roux, Fresquet, Teixido, Hidalgo, Viver Louis, Sentenac, Ferran, Viola, Maurice Suzanne, Grininger, Escudier, Bey.

 

 Saison 1935/1936

Challenge des Corbières

Rangée du haut de gauche à droite :

RENURI, Jean MALET, Michel MARTY, Joseph BEY, Raymond BEDOS, Pierre TICHADOU, Elie GARRIGUES, Pierre GOUZY, Lucien FERRAND, Marcel MARTY .

Rangée du bas de gauche à droite :

Avec le béret ?, Emile CHANAUD, Maurice SUZANNE, Jean OLIVE, Vincent VIOLA, Vincent VIVES.

Rugby

 

Saison 1939/1940

Sans titre14

Photo prise à Port La Nouvelle.

Rangée du haut, de gauche à droite:

Germain Segui, Jean Clastes, René Théron, Jean Bartre,René Tichadou, Henri Fournier, Henri Olive, Jean Malet, Jean Castan.

Rangée du bas, de gauche à droite:

André Rivière, Constant Altadil, Maurice Sanchis, Auguste Combre, Raymond Birba, Noël Pujol, …….., Estève, Louis Roujou.

Saison 1945

Rangée du haut de gauche à droite:

Noël Pujol,Elie Garrigues,Jean Bartre, Henri Olive, Auguste Combres, Emile Bey, Gilbert Théron, Raymond Birba,Maurice Suzanne, Jean Castan.

Rangée du bas, de gauche à droite:

Constant Altadill, Titin Barcelo, Maurice Sanchis, Germain Séguy, Jean Clastes, Raymond Castan, Louis Botella le soigneur.

sans-titre4

 

Champion de l’Aude et du Languedoc 1949.

Rangée du haut de gauche à droite:

Pierre Frances, Constant Altadill, Joseph Malet, Lucien Ferrand, Raymond Birba, Jean Benezeth, Jean Bartre, Henri Olive, Max Castan, Paul Rivière.

Rangée du bas, de gauche à droite:

Roger Cazenove, …. Bosc, Marcel Noë, Vincent Viola, Jean Castan, …. Maillac, Maurice Sanchis.

 

Sans titre13

 

Finale de la coupe du Languedoc 1960/1961

Stade Cassayet à Narbonne

Rangée du haut de gauche à droite:

Raymond Alexandre, André Gouzy, Georges Birba, Serge Bedos, Joseph Fuster, Joseph Malet, Roger Boffeli, Clément Azalbert, Henri Jalabert, Henri Olive, Henri Alexandre, Charles Bedos, Germain Crémadeil, René Boffeli, Maurice Sanchis, Auguste Combres.

 

Rangée du bas de gauche à droite:

Paul Rivière, X………, René Burgat, André Marty, Joseph Marty, Jean Bano, Henri Bibi, Gérard Bonnéric, André Miquel.

Sans titre9

 

Saison 1961/1962

Rangée du haut de gauche à droite:

René Boffeli, Henri Olive, Henri Jalabert, Charles Bedos, A Pla, Joseph Malet, L Olive, Henri Alexandre, J Chanaud, Raymond Alexandre.

Rangée du bas de gauche à droite:

Antoine Copovi, Paul Rivière, …… Demonte, Maurice Demonte, …. Manchon, Gérard Bonnéric, G Beteille, René Burgat, Pierre Rivière, André Marty, Joseph Marty.

Sans titre5

 

Jeunes de Roquefort en 1962.

En haut, de gauche à droite:

Jean-Luc Bartre, François Rubino, Claude Combres, Jean-Marc Birs.

En bas, de gauche à droite:

Georges Combres, Jean-Marie Sanchis, André Copovi, Michel Gouzy, Jean François Fresquet, Daniel Conquet.

 

1962 1

 

Saison 1963.

1963

ACTUALITES

TRAVAUX

Samedi 2 juin,un groupe de volontaires des deux associations, Roquefort Corbières Randonnées et Roquefort Histoire et Patrimoine, est allé dégager les trois puits envahis par la salsepareille au lieu-dit le Planal de Series. On pourra se référer à la brochure bilingue « A la découverte du patrimoine » éditée en avril dernier pour retrouver le lieu sur la carte en dessous du paragraphe consacré aux capitelles.

Le site est maintenant mis en valeur; randonneurs et promeneurs pourront ainsi mieux découvrir le savoir faire des anciens dans l’art de la pierre sèche.

Merci à tous les participants pour cette matinée!

IMGP9318

 

IMGP9331

 

A SIGNALER

 Le livre de Théodore Marty, publié en 1889 et introuvable jusqu’à lors, vient d’être réédité par hachette livre Bnf.

Ses « Recherches historiques sur Montpezat et Roquefort » peuvent être achetées sur internet au prix de 25 euros (Fnac par exemple)!

 

Compte-rendu de l’assemblée générale du 7 avril 2018

Après la présentation du bilan de l’année écoulée faisant ressortir un solde positif, la décision est prise de laisser la cotisation à 15€.

Détail des activités de l’année 2017:

1)Remise en état du site de la Clotte dans le cadre de la journée de l’arbre initiée par la municipalité.

2)Pas de participation à la journée « Une cave, une histoire » suite au courrier de l’année 2016 signé par Messieurs Bétriu et Bey du comité fêtes et cérémonies accusant notre association d’avoir utilisé abusivement le sigle de la fête. Nous continuons quand même notre partenariat avec la cave Boulard. Pour 2018, devons-nous prévoir une animation ?

L’assemblée donne son accord pour une conférence diaporama.

3)A l’occasion de la journée nationale « Nettoyons la nature », nous nous sommes associés à l’école de Roquefort pour une matinée de ramassage des détritus. Nous déplorons le peu d’investissement de nos adhérents.

4)En mai 2017, remise en état d’une capitelle au lieu-dit Crés-Blanc, ainsi que la réfection de la capitelle Sous-Roque.

Les parutions de 2017:

1)Mon villatge: Mémoires de Paul Rivière, figure emblématique de notre village.

2)Dictionnaire chronologique du clergé de Roquefort des Corbières.

3) Vient de paraître, un fascicule bilingue (français/anglais) sur la découverte du patrimoine de Roquefort à destination des touristes étrangers qui visitent notre village.

Toutes ces éditions sont disponibles à l’épicerie Clastes ou au siège de l’association.

Le site web de l’association:

Philippe Castan fait le point sur son fonctionnement. Il gère les mises à jour fréquemment.

Les très nombreuses visites, y compris de l’étranger, nous permettent de tirer un bilan positif de la création de ce site.

En préparation :

Un livret sur la flore de nos garrigues.

Sont en ce moment à l’étude:

1)Un livret sur les commerces de Roquefort.

2)Après les 2 volumes parus sur Montpezat, une 3e partie (bornages et procès) est en projet.

Perspectives d’activités pour 2018 :

En partenariat avec l’association Roquefort randonnées, nettoyage et remise en état des 3 puits au lieu–dit Crés-Blanc.

Le bureau des l’association remercie chaleureusement Michèle et Roger Dolléans , Fabienne Clastes, Philippe Castan et Marc Pala pour l’aide considérable apportée à la réalisation de nos objectifs.

L’ordre du jour étant épuisé, la place est laissée à Marc Pala pour sa conférence-diaporama « Lieux et légendes des Corbières orientales ».

La soirée se termine autour d’un repas convivial au local rue Chantevent gracieusement mis à notre disposition par Michèle et Roger Dolléans.

Nouveau Sentier

Une équipe de l’association les Roues Roquefortoises, présidée par Olivier Pertl, a ré-ouvert il y a quelques semaines un ancien sentier qui du lieu-dit les Conques rejoint Castelsec.

A mi-chemin, ce sentier longe les ruines d’une ancienne bergerie que les éventuels randonneurs ou vététistes peuvent admirer .

Un peu plus haut, à quelques encablures du sentier, on peut aussi apprécier la rustique simplicité d’une capitelle.

Merci à Daniel Jallot pour les photos.

 

Serre de Ferrus 002

Crès de la Louve 001

La Capitelle.