QUELQUES OUTILS ANCIENS DE LA VIGNE

Tous les documents et photos présentés ici proviennent de l’exposition réalisée en juillet 2010 par l’association Roquefort Histoire et Patrimoine.

LE TRAVAIL DE LA VIGNE

LES HOUES

outils-anciensa

(collection R Masquet)

La houe dentelée: formée par un grand fer presque carré dont la partie supérieure est plein et la partie inférieure découpée en trois dents en forme de triangle pointu.Elle est utilisée pour effectuer des binages entre les vignes.

outils-anciens2(collection R Masquet)

PICS

outils-anciens3

PLANTOIRS

outils-anciensb

(collection Bernard Cantié)

A l’intersection des lignes, des trous étaient creusés à l’aide d’une »plantadoira ». On y introduisait « la porreta » ( le plant) que l’on arrosait pied par pied pour que la terre fine se tasse bien autour.

 

outils-anciens6(Collection R Masquet)

ARAIRE

outils-anciensc

(Collection Bernard Cantié)

L’araire, utilisé universellement pendant des millénaires, ne retourne pas le sol mais effectue un travail d’ouverture peu profonde de la terre pour préparer l’ensemencement dans les cultures céréalières et pour nettoyer et aérer le sol dans les vignobles. Son usage s’est maintenu en Europe jusqu’au début du XXe siècle, principalement dans le sud.

travaux-de-la-vigne

Cette photo prise en 1975, nous montre Pierre Tichadou avec la dernière mule de Roquefort, »Belou » en train de labourer une vigne au lieu-dit « Les Cabanettes ».En arrière plan, on remarque l’entaille faite par les travaux de construction de l’autoroute au « Col de l’Agrède ».

LES CHARRUES EN BOIS

outils-anciensd

(Collection Jean-Marc Boulard)

Construites avec un bâti entièrement en bois, ce sont les charrues les plus anciennes.Seules les parties tranchantes, soc, versoir et oreille ainsi que le régulateur sont en fer.

REILLE

outils-anciense

(Collection Bernard Cantié)

Au XVIIIe siècle, le soc en bois est remplacé par un soc entièrement en fer, appelé reille. Les reilles les plus anciennes sont forgées d’une seule pièce. Dès le milieu du XIXe siècle, ces socs sont remplacés par des socs coulés en fonte.

outils-anciensf

outils-anciensg

LO GRAPIN

(Collection Jean-Marc Boulard)

CHARRUE DECAVAILLONNEUSE

outils-anciensh

(Collection Jean Marc Boulard)

TREUIL DESTINE A L’ARRACHAGE DE LA VIGNE

outils-anciensi

(Collection Jean-Marc Boulard)

TIRE- BOUCHON POUR BARRIQUE

outils-anciensk

(Collection R Masquet)

SCEAU A BONDE

outils-anciensj

(Collection Bernard Cantié)

Il était utilisé pour incruster des plaques en fer sur les tonneaux.

COUPE MARC OU « TALHA RACA »

outils-anciensl

(Collection Jean-Marc Boulard)

Ils datent du XIXe et du début du XXe siècle. En fer avec un manche en bois.

LES OUTILS DE LA TAILLE

 « LA PODA »

outils-anciensm

(Collection R Masquet)

Serpe méridionale à bec ou à ergot, la forme de cet outil n’a guère varié depuis l’antiquité romaine, où il portait le nom de  » Falx vineatica ».

Cet instrument tranchant monté sur un manche en bois a été utilisé jusqu’à la fin du XIXe début du XXe siècle, époque où il a laissé la place aux ciseaux aux manches de fer puis de bois pour pratiquer la taille.

outils-anciensn

(Collection R Masquet)

Serpe à croc unique sans dos tranchant.

Continuer à lire … « QUELQUES OUTILS ANCIENS DE LA VIGNE »

Publicités

OUVRAGES A LIRE ET A FAIRE LIRE

En plus des brochures que l’association publie, voici quelques livres dont nous vous conseillons la lecture.

Bien sur, ces ouvrages parlent de notre région et de ceux qui y vivent. Vous pouvez vous procurer certains d’entre eux auprès de Robert Masquet,au siège de l’association, mais d’autres sont épuisés et vous devrez vous rendre à la médiathèque du Grand Narbonne pour pouvoir les lire.

Si vous aussi,vous désirez faire connaitre des livres régionaux qui vous tiennent à cœur, envoyez nous vos suggestions de lecture.

Le carnet n° 18 du Parc Régional de la Narbonnaise qui vient de  paraitre,  a pour sujet la réserve naturelle de Sainte-Lucie. Il raconte l’histoire et la vie quotidienne des hommes et des femmes qui ont vécu ou travaillé sur cette île et évoque la richesse du patrimoine naturel de ce lieu enchanteur.

Vous pouvez vous procurer cet ouvrage au siège de l’association, le prix est de 8 euros.

St Lucie001

 

 

Savoir-faire des Anciens.

livre002

Ce livre, fruit de la rencontre entre un vieux berger de Feuilla et une ethnologue irlandaise, vient de sortir aux cahiers de la Salce. Prix 12 euros.

L’Hortoux. La tour contre la forêt.

Par Marc Pala.Editions du PNR. Prix 3 euros.

L’ancienne frontière. Entre mythe et histoire, un espace de l’entre-deux.

Par Marc Pala.Les Carnets du parc. Editions du PNR. Prix 6 euros.

La Clotte. Aux bornes d’une mémoire.

Par Yves Solier et Marc Pala.Les Carnets du Parc. Editions du PNR. Prix 3 euros.

Le panorama des sites patrimoniaux.

Par Marc Pala. Editions du PNR. Prix 9 euros.

Vents de nulle part et d’ailleurs.

Par Marc Pala. Editions de Babio. Prix 12 euros.Essai sur la mytho-poétique des vents.

Mémoires du vent d’est.

Par Marc Pala. Cahiers de la Salce. Prix 15 euros.

Journal, carnet de voyage,aphorismes,récits.De l’Inde aux Corbières.

Sigean: Guerre 1939/1945.Occupation, évacuation,libération.

Par Jean et Yves Solier. Edition hors série de l’ARHP.

L’Homme et la Garrigue. Images et mystères.

Par Marc Pala. Les amis du patrimoine culturel de Sigean et des Corbières. A se procurer à la médiathèque.Un livre qui retrace l’histoire, les techniques et les croyances de tous les habitants de la garrigue.

Dans le jeu de la terre et de la mer.

Par Robert Pirault. Une présentation des communes du canton par un habitant de Roquefort récemment disparu. On peut trouver cet ouvrage à la médiathèque.

Termenès Fleur d’épine.

Par Claude Pla. Toponymie et micro toponymie d’un ancien pays de l’Aude.A la médiathèque ou bien à la librairie Libellis à Narbonne.

Dictionnaire des Institutions, des Coutumes et de la Langue en usage dans quelques pays de Languedoc.

Par Paul Cayla.

 

 

 

LE MONUMENT AUX MORTS

Après la première guerre mondiale, entre 1920 et 1925, la majorité des 36000 communes de France, décida d’ériger des monuments en hommage à leurs morts pour la patrie.

L’état réglementa ces édifications et aida à leur construction en accordant des subventions qui s’ajoutèrent aux souscriptions populaires lancées bien souvent par les anciens combattants.

Il ne s’agissait pas de glorifier la victoire mais d’honorer ceux qui avaient perdu la vie et de rappeler leur sacrifice.

A Roquefort des Corbières, le 27 février 1921, le maire du village, Aubin Alexandre, informait les membres du conseil municipal que la souscription en faveur de l’érection d’un monument commémoratif atteignait la somme de 8725 francs.

En août 1921, le conseil municipal approuvait les plans présenté par M Gourdon architecte et décidait que le monument serait érigé sur un terrain communal en bordure de la rue du puits.En outre, il inscrivait en recette la somme de 8725 francs, produit de la souscription publique et décidait que la totalité de la dépense qui s’élevait à 15 800 francs  serait prise en charge grâce à un prélèvement de 8000 francs sur le budget de la commune.

Voici donc le premier projet:

a-d-11-2-o-p-2608-et-2610-028

Comme on le voit, à l’origine, ce monument devait s’élever devant l’église sur un terrain bordant la rue du puits, aujourd’hui rue des trois moulins.

Ce terrain était-il trop exigu ou bien un monument laïque ne pouvait pas se situer à côté d’un édifice religieux? Nous n’avons pas réussi à trouver la raison du changement de place de notre monument aux morts.

En  juin 1922, la commune décidait l’achat d’un terrain avenue de Sigean, terrain appartenant M Baptiste Alexandre et fort bien situé selon la lettre de l’architecte.

Voici les plans du second projet et le dessin de la statue.

a-d-11-2-o-p-2608-et-2610-047

 

a-d-11-2-o-p-2608-et-2610-044

 

Les travaux sont presque terminés, les ouvriers prennent la pose.

monument1

 

Photographie de l’inauguration du monument aux morts.

monument2

Cette inauguration fut célébrée avec faste et donna lieu à une grande fête ainsi qu’à un banquet; ce qui obligea le conseil municipal de la commune lors de la séance du 19 août 1923 à délibérer sur les dépenses faites et impayées. La commune n’ayant pas les ressources suffisantes pour y faire face, il fut décidé de recourir à un emprunt!

a-d-11-2-o-p-2608-et-2610-001

LES TROIS MOULINS

Les 3 moulins

LES TROIS MOULINS

Pour accéder aux trois moulins dont on aperçoit les silhouettes imposantes depuis le village, il vous faut remonter la rue des Trois moulins, arrivé à son extrémité, tourner à droite, prendre la rue du Camin Del Bosc sur 200 mètres, tourner à droite suivre le chemin de la Serre et au premier chemin sur votre gauche remonter vers le Pla de Roque (col de Naut). Vous apercevrez sur votre gauche un premier moulin probablement construit au 18e siècle propriété de la famille Alexandre jusqu’en 1863 date de sa démolition. Dans la seconde moitié du XXe siècle, ce qui reste du moulin devient la propriété de la commune qui le vendra dans les années 70. Le moulin est devenu depuis une résidence secondaire.

L’histoire du second moulin est un peu différente, celui-ci fut construit en 1821 en indivision. Vendu en 1859 l’acte de vente décrivait ainsi le moulin:«un moulin à vent allant et moulant, faisant de blé farine, situé sur le pla de Roque» le nouveau propriétaire, boulanger et meunier de son état avait pour épouse une Alexandre. En 1880 les anciens propriétaires le laisseront à leur neveu lui aussi meunier. Abandonné dans la deuxième moitié du 19e siècle, vendu en 1968, il fut lui aussi transformé en résidence secondaire.

Le troisième moulin situé plus à l’est sur le plateau appartenait lui aussi à la famille Alexandre, construit vraisemblablement au 18e siècle il est mentionné en 1829 comme «une vieille tour de moulin à vent construite en maçonnerie qui a été abandonnée» Devenu propriété de la commune, aujourd’hui résidence secondaire. (Le plan cadastral de 1817 dit plan napoléonien il est indiqué «Vieux moulin abandonné»)

Les vieux moulins à vent de nos villages des Corbières ont cessé toute activité depuis plus d’un siècle. Aujourd’hui le cers fait tourner de nouveaux moulins éoliens sur nos collines, ils attendent le nouveau Don Quichotte.

Les compoix de 1583 et 1604 font état d’un moulin à la rivière.

En 1663 il est conclu un bail pour un moulin à eau à moudre le blé à la Murelle en bordure du Rieu.

Sources :

© Une Famille Roquefortoise: Les Alexandre par Bernard Péricon et Robert Masquet. Édition de l’Association Roquefort Histoire et Patrimoine.

roquefort 002

Les 3 moulins

L’UNION SPORTIVE ROQUEFORTOISE

Le 28 octobre 1934, naissait l’Union Sportive Roquefortoise. Cette association avait pour objet l’éducation physique et le développement des connaissances techniques et pratiques du jeu de rugby.

Son siège social est fixé au café Azeau.

Ses membres fondateurs, composant le conseil d’administration, sont:

Louis Castan , président, boucher à Roquefort des Corbières.

André Combre, vice-président, propriétaire.

Emile Salamo, secrétaire, propriétaire.

Joseph Castany, trésorier, propriétaire.

 

L’équipe de l’Union Sportive Roquefortoise en ?

Rangée du haut de gauche à droite:
 Avec le béret Martin CHANAUD, avec la casquette Joseph CASTANY, Robert GOUZY, Michel MARTY, François FRESQUET, Pierre TICHADOU, Noël BALES, Emile SALAMO, avec le béret Louis CASTAN.
Rangée du milieu de gauche à droite:
 Auguste SUZANNE, Emile CHANAUD, Raoul CONTE, Joseph BEY, Pierre GOUZY, Vincent VIVES, Emile BEY et Fonfon MARTY (le soigneur).
 Rangée du bas de gauche à droite:
 Lucien FERRAND, Octave CONTE, Maurice SUZANNE.

Sans titre7

 

L’équipe de l’Union Sportive Roquefortoise en ?

sans-titre8

Debout de gauche à droite: Armand Combre, Emile Salamo, Maurice Suzanne, Maurice Castan, Joseph Bey, Arthur Bey, Vincent Vives, Terrier, François Fresquet, Armand Tichadou, Gérard Alexandre.

Rang du milieu: Jules Martin Chanaud, Gouzy, Noël Bales avec le ballon (capitaine), ?

Premier rang: Louis Bonnet, Raoul Conte, Auguste Suzanne.

Saison 1934.

Debout de gauche à droite: Louis Castan, président, Rainury,François Fresquet, Elie Garrigues,Michel Marty, Joseph Bey,Pierre Tichadou,Pierre Gouzy,Emile Salamo.

Rang du milieu: Vincent Vives, Raoul Conte, Lucien Ferrand, Emile Bey, Alphonse Marty, soigneur.

Assis: Maurice Suzanne, Octave Conte et Vincent Viola.

sans-titre12

 Saison 1935/1936

Chalenge des Corbières

Rangée du haut de gauche à droite :

RENURI, Jean MALET, Michel MARTY, Joseph BEY, Raymond BEDOS, Pierre TICHADOU, Elie GARRIGUES, Pierre GOUZY, Lucien FERRAND, Marcel MARTY .

Rangée du bas de gauche à droite :

Avec le béret ?, Emile CHANAUD, Maurice SUZANNE, Jean OLIVE, Vincent VIOLA, Vincent VIVES.

Rugby

 

 

Saison 1945

Rangée du haut de gauche à droite:

Noël Pujol,Elie Garrigues,Jean Bartre, Henri Olive, Auguste Combres, Emile Bey, Gilbert Théron, Raymond Birba,Maurice Suzanne, Jean Castan.

Rangée du bas, de gauche à droite:

Constant Altadill, Titin Barcelo, Maurice Sanchis, Germain Séguy, Jean Clastes, Raymond Castan, Louis Botella le soigneur.

sans-titre4

 

 

ACTUALITES

TRAVAUX

Le mardi 23 mai, nous sommes allés au Crès Blanc remettre en état la capitelle au bord du chemin. Elle avait souffert des intempéries ou bien de dégradations…..

IMGP4316

Capitelle Clos de L'Aigue

 

Fin avril, deux adhérents de notre association, Elvia Masquet et Bernard Battle, sont allés débroussailler et remettre en état la capitelle de Sous-Roque. Nous les remercions pour cette intervention et leur esprit d’initiative.

IMGP4238

Début février, lors de la journée de l’environnement, une équipe de bénévoles a nettoyé les abords des bornes milliaires sur le site de La Clotte, comme tous les ans.

Les travaux presque terminés, quatre courageux (Frédéric Olive, Gilles Fuster, Olivier Pertl et Jean-Marie Sanchis) sont allés dégager les ruines d’un vieux cabanon des ronces et des broussailles qui le cachaient à la vue des randonneurs qui montent à La Clotte.

Une pensée pour celui qui, il y a fort longtemps sans doute, avait construit cet abri pour se préserver de la pluie quand il venait cultiver le tout petit arpent de terre délimité par des « faïsses » que l’on peut apercevoir à droite du chemin en montant.

chemin-de-la-clotte2

Avant Travaux

affut-de-st-clement-ruine-007

Après travaux

PARUTIONS

Le carnet N° 19 « Le massif de la Clape » vient de paraitre!

 

La dernière brochure de notre association vient de sortir: son titre « Mon Vilatge ».

Ecrit par Paul Rivière, ce récit évoque la vie du village de Roquefort des années 1930 à la fin des années cinquante, des souvenirs d’enfance narrés avec talent.

Voici un extrait:

« C’est dans ce petit coin du monde, entre la mer et les garrigues, entre ce chapelet d’étangs qui borde la Méditerranée et ce pays accidenté qu’on appelle le Massif des Corbières que j’ai mes racines et mes souvenirs. »

L’association Roquefort Histoire et Patrimoine remercie Lucette et Pierre Rivière, les enfants de Paul, pour avoir donné l’autorisation de publier ses mémoires.

Cette brochure sera disponible à l’épicerie ou bien au siège de l’association au prix de 5 euros.

ASSEMBLEE GENERALE

Le 22 avril 2017, s’est tenue dans les locaux de l’association CDS/PCO l’assemblée générale de l’association.

Nous tenons à vivement remercier Michèle et Roger Dolléans de leur accueil et de leur gentillesse.Après la présentation du bilan financier, les activités de 2016 ont été abordées.

Comme tous les ans, le premier samedi de février, l’association et de nombreux bénévoles ont participé à l’entretien du site de La Clotte dans le cadre de la journée de l’environnement.

En août 2016, l’association a participé à la fête « Une cave, une histoire » en organisant une conférence-diaporama sur l’île Sainte-Lucie, suivie d’une ballade contée en collaboration avec l’association Roquefort rencontres.

Avec l’école de Roquefort nous avons participé en septembre à une matinée pour nettoyer le village dans le cadre de l’opération « Nettoyons la nature ».

Dans le cadre des médiévales de Fleury d’Aude, nous avons été sollicités par l’association  » Au fil du temps » pour une conférence-diaporama sur la pierre sèche.

Quelques chiffres ont été donnés concernant ce site. Cent soixante visiteurs pour mille sept cent soixante dix visites de juillet à décembre 2016 et trois cent soixante et douze  visiteurs  depuis janvier 2017. Il n’y a pas que les membres de l’association à se rendre sur le site puisque ont été dénombrés des visiteurs de divers pays: Suisse, USA, Allemagne, Belgique, Espagne, Royaume Uni mais aussi Algérie, Tunisie, Haïti etc…

Deux nouvelles brochures ont été éditées par notre association:

« Des limites de Montpezat » de Marc Pala et « Mon Vilatge » les mémoires de Paul Rivière (voir ci-dessous).

A paraître dans le courant du 2ème semestre : Dictionnaire chronologique du clergé de Roquefort des Corbières, par Robert Masquet.

 Clergé

Sont en préparation, une suite pour Montpezat sur le bornage et les procès par Marc Pala, ainsi que la généalogie des Pompadour par Bernard Péricon.

Est aussi prévue la réalisation d’une brochure sur l’hydrographie à Roquefort.

Une sortie à Ambrussum en covoiturage est prévue.

L’association remercie Michèle et Roger Dolléans, Fabienne Clastes et bien sûr notre ami Marc Pala pour l’aide considérable apportée à la réalisation de nos objectifs.

L’ordre du jour étant épuisé la place est laissée à Marc Pala pour la conférence « Histoire d’eau, le Rieu » suivie d’un repas au local rue Chantevent mis à notre disposition par l’association CDS/PCO de Michèle et Roger Dolléans.