Roquefort, a village of the Corbières

We would like to warmly  thank Mr Andy Partington from Keswick, who has carefully translated all the texts about the village, the surrounding countryside and the vine. He has always been keen on reading our booklets and thanks to him, we can now reach English speaking readers.

The three windmills

To reach the three windmills whose imposing silhouettes you can see, from the Place du Marché, in front of the church, go up Rue des Trois Moulins; at the end, turn right, take Rue du Camin del Bosc for 200 metres, follow Chemin de la Serre and take the first track on your left to climb towards Pla de Roque (Col de Naut).

You’ll see on your left a first windmill, probably built in the 18th century and the property of the Alexandre family until it was demolished in 1863. In the second half of the 20th century, what remained of the windmill became the property of the commune, which sold it in the 1970s. The windmill has since become a holiday home.

The story of the second windmill is a bit different: – it was built in 1821 in joint ownership. Sold in 1859, the sale deed described it thus: “a working and grinding windmill, producing wheat flour, situated on the Pla de Roque”. The new owner, baker and miller by trade, was married to a member of the Alexandre family. In 1880 they left it to their nephew who was also a miller. Abandoned in the second half of the 19th century and sold in 1968, it has also been converted into a holiday home.

The third windmill, located further east on the plateau, also belonged to the Alexandre family. Probably built in the 18th century, it was referred to in1829 as “an old tower of a dressed-stone-built windmill which has been abandoned”. It became the property of the commune and is now a holiday home. On the Land Registry of 1817-the so-called Napoleonic Registry- it is shown as “old, abandoned windmill”.

The old windmills of our villages in Corbières ceased all activity over a century ago. Today the local cers wind turns new wind turbines on our hills: they await the new Don Quixote.

Sources:© Une Famille Roquefortoise: Les Alexandre par Bernard Péricon et Robert Masquet. Edition de l’Association Roquefort Histoire et Patrimoine

roquefort 002

The Chapel of St. Martin

The chapel is located west of the village on a wooded hill offering a remarkable view over the village and its surroundings and as far as the coast. “Up here the landscape is at least as rewarding as the chapel itself. Everything is beautiful and it does you good to walk up here and see how the view changes here and there as you catch glimpses of it on the way up”.

This cultural site is mentioned in the 13th century. In 1320 it was absorbed into the deanery of Basses-Corbières. The report of the visit of the Bishop of Narbonne in 1404 tells that Roquefort was linked to the church of Montpezat.

In the 17th century, more precisely on 25th May 1624, a petition was addressed to Robert Fabre (consul of the area) by Rev. Fr. Barthélémy Hugonenc who wanted to repair the parish church of St. Martin following the damage suffered during the Franco-Spanish war of the previous century so that it could be used for divine service. The parish registers state that from 1608 to the end of 1709 the area around the chapel, as well as its choir, was used as a cemetery for the most prominent members of the community. A second cemetery, referred to as the Hospital and located away from the site, was used for the rest.

In the 18th century the diocesan map of 1763 referred to a ruined building on this site.

The present building was probably erected in the 19th century, although no record can be found of the circumstances of its re-building. “It is a vast, solid building supported by massive buttresses; topped with a square, particularly squat, bell-tower pierced with arched bays. (The tower and its surroundings remind us of Tuscany)”.

From the south door you can see two capitals, carved quite high up on the pillar, depicting a mass of flowers. Judging by their sharp-angled foliage, they could date from the end of the 13th century – perhaps this is re-cycling a bit of the old building? It’s a shame that the so-called ‘Door of the Dead’ has been blocked up on the south facade facing the choir. There remains very near the present chapel a section of wall which according to local tradition is a vestige of the original chapel.

The hill and the chapel are registered historical monuments

Sources: A.D. 11 3 E 16194
Les Anciens Pays de l’Aude par Elie Griffe, Doyen honoraire de la faculté de théologie de Toulouse, pages 101/102, imprimerie Gabelle, Carcassonne 1974
Dans le jeu de la terre et la mer par Robert Pirault, pages 145/148, Serge Candéla éditeur, Narbonne

St Martin

Allée couverte (dolmen) of the Pla des Courbines

A covered megalithic burial place, located on the Pla des Courbines, this dolmen is the only one of its kind in Basses-Corbières and the nearest to the coast of all those identified in the Aude département.

It stands about 300 metres from a small sheepfold, on the edge of a gully called the ‘Aigue Migal’.

This ancient site consists of five slabs of local limestone taken from this hill itself. Their average thickness is 0,15m (6 inches). They indicate a rectangular chamber measuring a little under two metres long by 1,10 metres wide at its base, laid out on a Northeast Southwest axis.

Source: Mégalithe et tumulus à Roquefort des Corbières par Yves Solier. Édition de l’A.R.H.P.

aïgue Migeal + tombe 004

La Clotte

In about 1869 Théodore Marty, a learned man of Roquefort, discovered in the valley of the Clotte (3 kms southwest of the village) two milestones dating from the Augustinian era. These milestones were placed at the side of roads by the Romans at regular intervals every 1481,50 metres (or Roman mile). One of them, still standing and indicating a distance of 16 miles from Narbonne, bore an inscription, intact but now largely erased:
Imp. Caesar/Divi F(ilius) Augustus/P(ater)P(atriae) Pontifex Max(imus)/(Cos) XII Tribunic(ia) Potest XXII. Imp.XIIII [or] Emperor Caesar Augustus/Son of God/Father of the Country/Supreme Pontiff 12 times / Honoured as Tribune 22 times / Honoured with 14 Triumphs

Théodore Marty concluded that the milestones were in their original location. He thought that the whole site was a ‘mutatio’, a kind of staging-post established along the Domitian Way, the oldest Roman road in Gaul. It was not until 1949 (the discovery in the Rieu de Treille of the 20th milestone bearing the name of Cneus Domitius Ahenobarbus, who built the road) and the excavations carried out at a Clotte in the 1970s by the archaeologist Yves Solier that the truth was established.

The Domitian Way did not run through the scrublands of La Clotte, but rather along the coast (near the present motorway). Nevertheless, the site of La Clotte with its four milestones, including two entire stones re-used in the construction of a medieval building of indeterminate date (remains of an olive-oil production facility, fragments of troughs and of counterweights for the oil-press), represents an important centre of settlement and agricultural production. This bears witness to the presence of agro-pastoral communities living there off the natural resources.

© Marc Pala pour l’ARHP, mai 2014

LaClotte2

The Church of St. Anthony

The former church of Roquefort des Corbières stood to the south of the castle and immediately below it (at the end of Rue du Soleil where it meets Rue Jean Cathala in the upper part of the old village). The report of the visit to the parish by Mgr. Henri de Bonnechose, Bishop of Carcassonne in 1851 stated that it was too small for a constantly growing population and poorly located. It was abandoned between 1853 and 1857, the year of the consecration of the new church. In 1869 the commune decided to sell the old church and presbytery, the funds thus raised going towards the construction of a new cemetery.

The Church of St. Martin

This is the present church, located in the centre of the old village, the construction of which was started in1853 and completed in 1857.

It consists of a vast nave preceded by a gallery, a multi-sided apse and an uninspiring transept. The whole edifice is topped with a massive bell-tower.

The paintings which used to decorate the interior of the church were classified as Historic Monuments in 1975, 1964 and 1964 and belong to the commune. They can now be seen at the museum in Narbonne where they are kept.

Sources: Archives municipales de la commune de Roquefort des Corbières: Comptes rendus des délibérations du Conseil municipal
Ministère de la culture: http://www.culture.gouv.fr

Eglise

The Capitelles (or the huts)

The hut (capitelle) is rarely a permanent dwelling; rather it is a dry-stone shelter for temporary use for storing tools, materials or people.

Built on often inhospitable terrain at the time of major ground-clearing works, people used as building material whatever was thrown up by deep-ploughing and stone-removal. Very often this was limestone, but also, depending on local geology, schist, sandstone, granite or even basalt.

The stones extracted and picked up to render the place suitable for agriculture (vines, olive trees) or stock-rearing were piled up at the sides of the fields in mounds sometimes still visible today; in Occitan they are called clapas. Some stones would be selected and put to one side with a view to their being used to build enclosure-walls, terraces or shelters.

Not all the stones selected for the construction of huts were left in their original state: they could be rough-hewn for functional or aesthetic reasons, but this was not real bricklaying of dressed stones.

On a floor-plan which might be more or less laid out as an outline for the building, the walls are built up using stones without mortar; then a vault or rounded roof is put up to cover the whole thing.

These capitelles (huts) date roughly from the 17th to the beginning of the 20th century. They are the work of peasants, wine-growers, farmers, charcoal-makers, indeed simple workmen struggling to become owners of a few acres of poor land which is difficult to clear. Some of these men became well-known and sought-after specialists, builders in dry-stone, and were able to use their know-how as a second source of income.

This “poor man’s architecture”, the work of unqualified builders is not improvised or slapdash architecture. It is proof of a very precise technical skill.

Nowadays in France, as in other European countries, there is an increasingly strong will to conserve, restore and, in a word, safeguard this fragile heritage.

estagnol 027

The Chalet

 The chalet was built by the Alexandre family during the 19th century. In the absence of any archival sources, oral accounts lead us to believe that it was formerly a holiday spot where, in summer, the landowners and their children could take advantage of the shade of the pine trees and the presence of water thanks to a dam. In fact a whole system of ditches allowed rainwater to be collected into a pond.

This chalet is now the property of the commune.

Saint Martin 006

 

 

The Lime Kiln

 The lime kilns were built during the 19th century and used to heat limestone and to convert it into lime. This process is called “calcination”. The kilns had to be carefully situated as close as possible to quarries and to the wood needed to the burning.

The kiln had to be filled with the precisely measured amounts of materials and the lime burners had to maintain a watch over the kiln for three or four days.

Lime must have been known from the earliest times and the Romans used it in building mortar. In fact, they took lime and mixed it with various ingredients to create an early version of cement.

For hundreds of years until today, lime has been used in many applications. In agriculture, slaked lime is used by farmers to neutralise acid soils.

With the charcoal, lime was the only industry in the village and gave jobs to many people who had to mine the limestone, transport it into carts and monitor the burning.

Théodore Marty said there were 28 lime kilns in the commune.

 

Four à chaux 006

 

Brief History of Wine-making in Roquefort des Corbières

AD11_101Dv001_032

 The beginnings

 The monoculture of vines is only a fairly recent development in the history of our commune. This “sea of vines which floods the plains”, as LeRoy Ladurie described it and which makes up our familiar landscape, is barely 150 years old.

The three windmills standing guard on the Pla de Roque attest to this: they were used to grind the cereals grown in the area.

 In 1583, out of 210 hectares under cultivation only ten hectares were planted with vines. The peasant’s main concern was to grow his “daily bread”. The fear of food shortages always haunted the Roquefort population.

 The organisation of land-use in each commune was unchanging: saltus(grassy areas for grazing sheep) and silva (wooded areas owned by the nobles) were out of bounds to agriculture; the ager (arable area) was devoted to cereal crops. Vines were only allowed to be grown on the hillsides and in the poorest soil.

 In 1665 the area under cultivation in the commune was 370 hectares, of which only 17 were vines. There were 41 heads of household and 32 houses in 1583, which had risen to 48 houses in 1665. The increase in population clearly accounts for the extra ground-clearing and the marked increase in area under cultivation.

 In 1759 out of 386 hectares under cultivation there were 37 hectares of vines or 10% of the total area according to the survey of that year. The majority of the vines belonged to small and medium landowners. For example, Jean Castan was the fifth biggest landowner in the village with 15.70 hectares of which less than ¾ of a hectare was planted with vines.

 However, the establishment of the port at Sète (1666) and the opening of the Canal du Midi (1681) spurred the first expansion of the Languedoc vineyards, as they allowed wine to be exported. But, because the fear of a grain shortage was still very much the rule, the planting of new vines was forbidden in 1731. In addition the cost of transport was very high.

 The Revolution saw the repeal of the 1731 ban and even authorised the sharing of assets belonging to the commune, but also resulted in an interruption to maritime trade.

 The big landowners were still not interested in vines as wheat was more profitable than wine. The grape harvests were not plentiful and the yields were poor, only 10-15 hectolitres per hectare. The custom was to pick the grapes early, so the wines were low in alcohol and did not keep well.

 The small landowners tried to make the most of a few poor acres of land which they worked with a pick. They didn’t have the necessary equipment nor even a mule, so wine-growing remained a small-scale working class activity. It was carried out on tiny parcels of land of a few square metres where the vine-stocks were not planted in straight lines and the gaps were filled by layering.

AD11_101Dv001_017

 The golden age

 At the end of the First Empire, only Bitterois and to a lesser extent Minervois and Lézignanais had a real expansion of vineyards, but in the first quarter of the 19th century wine-making in the whole département became established.

 The peasants ceased a system of poly-culture to develop a system of specialised agriculture with a view to commercial activity. The extraordinary expansion of vineyards is explained by the increase in the French population and thus increased wine consumption, but particularly by the construction of the railway network.

The completion of the Paris-Languedoc lines in 1856, the opening of Narbonne station in 1857 and of the station at Port la Nouvelle in 1858 opened up new markets. The railway made it possible to transport wine over long distances at low prices. Developments in the wine-making process thanks to Pasteur’s discoveries allowed wine to keep better and travel without turning sour.

 However, this period saw the first crisis when oïdium (a mould) ravaged the vineyards from 1852 to 1857; production fell by two-thirds, although this decrease in harvests was offset by a rise in prices. There was an absolute frenzy of new planting!

 In 1878 vineyards accounted for 90% of the area under cultivation in the Narbonne local government area. Growers were also using new tools, such as secateurs for pruning and the plough instead of the bigos and the rabassière. Work in the vineyards demanded a substantial workforce: pruning, applying fertiliser & other treatments and picking the grapes are labour-intensive operations which require each vine stock to be dealt with one by one. The village experienced a great boom in population. From 304 inhabitants in 1807, we reached 1240 in 1890!

 And yet, the Audois vineyards had a fundamental weakness: aimed at a large-scale consumers’ market, at reasonable prices, but subject to market forces over which they had no control.

 Phylloxera did not spare wine-making in the Aude, but it did offer some respite from the scourge. This little aphid, which almost wiped out all French vineyards, appeared for the first time in 1863. Although slow at first, its progress accelerated: Vaucluse in 1868, Gard in 1869, Montpellier in 1869, Biterrois in 1877 and Aude (at Ouveillan) in 1879. However, it did not reach Roquefort until 1885.

 The region’s vineyards in fact enjoyed a period of prosperity from 1878 to 1885, with a marked increase in prices due to the disappearance of most French competitors and good harvests locally. Wine-growers who benefited from a decade’s respite compared to their neighbours in Gard and Hérault were able to re-establish their vineyards very quickly because, by the time it struck, they knew how to cure the disease. A botanist, Jules Planchon, and a lawyer/winemaker, Jean-François Bazille, had discovered that the grafting of a French plant onto an American stock enabled the vine to resist the phylloxera.

 

VIE DU VILLAGE022

The age of crises

 Thus it was a completely renovated wine-growing which emerged from the phylloxera crisis, but very soon growers would realise that everything had changed!

 The new vines were less robust than the old ones and required a lot more work: double-digging, grafting, more ploughing and, what was more, the American plants were very prone to mildew.

 In addition, during the phylloxera crisis with French production having fallen, the country had imported wines from Spain and Italy. The French government had promoted the creation of vineyards in Algeria. From 1903 Algerian wines arrived in ever-increasing quantities, and these wines were very cheap and strong in alcohol. Dealers began to blend them with wine from Languedoc. The shortage of wine during the crisis even prompted the government to authorise the making of artificial wines and the addition of sugar to the grape harvest. Finally, a succession of record harvests (1899, 1900, 1901, 1904) highlighted the problems of the fall in sales and the collapse in market price (from 20 francs per hectolitre in1899 to 5 francs in 1901).

 In 1904 agricultural workers in Roquefort went on strike to protest against their low wages. On Thursday 4 February at one o’clock in the afternoon, a bugle rang out in the streets of the village and 80 agricultural workers answered the call. On the evening of Sunday 7th 200 people gathered at the Café Barthe. They were protesting because their daily wage had been cut by half and the number of days’ work in the year had been considerably reduced.

On 13th February at Narbonne, an agreement was signed between the strikers and the bosses. It concerned in particular the length of the working day, the daily rate of pay and the daily rate for women. On 15th February the workers returned to work.

 The spectacular crash in market price from 1900 to 1907 provoked an unprecedented crisis: it was really a case of human misery at the beginning of the 20th century, and it was in Aude that the great crisis of 1907 erupted!

 Every Sunday larger and larger crowds gathered to hear Marcelin Albert. This charismatic orator had co-founded the Comité de défense viticole and become revered as the leader of the Revolt of the wine-makers. 5000 in Coursan on 14th April, 12000 in Capestang on the 21st, 20000 in Lézignan on the 28th and 85000 in Narbonne on the 5th May: working-class momentum set the country ablaze! 150000 people turned out in Béziers on 12th May, 170000 in Perpignan on the 19th, 200000 in Carcassonne on the 26th, 250000 in Nîmes on 2nd June and over 600000 in Montpellier on the 9th.

 On the 19th June some of the Comité members and the Mayor of Narbonne were arrested. The local government office was attacked by the crowd; there was one death and tens of people injured. On the 20th June the army fired on the crowd of demonstrators, killing five and injuring another ten. The town was occupied by 10000 soldiers.

 1907 symbolises the whole history of wine-making in Aude. The myth of 1907 was invoked at every crisis, and there were, alas, many crises. These demonstrations often ended in confrontations which could be bloody, as in 1976.

VIE DU VILLAGE044

The age of co-operation

 In the end this great popular movement led to only two concrete results: the Law of 29th June which imposed a surtax on sugar used in wine-making and the creation of the General Confederation of Wine-growers.

 Confronted by the big landowners and dealers, the small and medium producers launched a co-operative movement. The need to form a group was imposed by developments in wine-making which required substantial investment and necessitated stockpiling in order to regularise sales.

 The first co-operative cave in Aude was set up in 1909 at Lézignan; five more were created before the war; in 1920 the caves at Leucate and Roquefort were set up.

 Founded on 16th December 1920, the co-operative cave “La Vigneronne”, next door to the Café du Marché, numbered 45 members. On 25th June 1966 La Vigneronne merged with its younger sister the cave of Saint-Martin. The latter was built in 1949 on land granted by Joseph Castan and Louis Marty. Its original storage capacity was 10000 hectolitres, later increased to 38000 hectolitres. Its president from its creation until 1976 was Auguste Castan, followed by Antoine Copovi and then Jean-Marie Sanchis.

 In 1981 the harvest at Roquefort produced 32000 hectolitres; in 2009 it was only 16000 hectolitres. The caves at Leucate and Roquefort decided to merge, building their future around a new wine storehouse with a capacity of 100000 hectolitres.

VIE DU VILLAGE036

 

Publicités

Petite histoire de la vigne à Roquefort.

AD11_101Dv001_032

Le premier âge.

La monoculture de la vigne n’est que fort récente dans l’histoire  de notre commune. Cette « mer de vignes qui submerge les plaines » comme le décrivait Le Roy Ladurie et qui constitue notre paysage familier n’a qu’à peine plus de 150 ans d’existence.

Les trois moulins postés en sentinelle sur le plat de Roque le prouvent, ils étaient utilisés pour moudre les céréales produites sur le territoire.

En 1583, sur environ 210 hectares cultivés, seulement dix hectares sont plantés en vigne. L’idée fixe du paysan est de produire le « pain quotidien ». La crainte de la disette hante toujours la population roquefortoise.

L’organisation du terroir de chaque commune est immuable : saltus (espaces herbeux pour les parcours à moutons) et silva (espaces boisés possédés par les nobles) restent interdits aux cultures, l’ager (espace cultivable) est consacré aux céréales. La vigne n’est cultivée que sur les coteaux et les moins bonnes terres.

En 1665, la superficie cultivée sur la commune est de 370 hectares mais il n’y a que 17 hectares de vignes. On compte 41 chefs de famille et 32 maisons en 1583 alors qu’on relève 48 maisons en 1665. L’accroissement de la population explique sans doute les défrichements effectués et la nette augmentation de la superficie agricole.

En 1759, sur 386 hectares cultivés, on trouve dans le compoix de cette année là, 37 hectares en vigne  soit 10% de la superficie totale. Les vignes appartiennent majoritairement aux petits et moyens propriétaires.

Par exemple, Jean Castan qui est le cinquième plus gros propriétaire du village et qui possède 15 hectares 70,  n’a que 72 ares en vigne !

Pourtant, la fondation du port de Sète (1666) et l’ouverture du canal du Midi (1681) sont à l’origine de la première extension du vignoble languedocien, permettant les exportations d’alcool. Mais la crainte d’une pénurie de grains étant toujours la règle, la plantation de vignes nouvelles a été interdite en 1731. De plus, le coût du transport est très élevé.

La Révolution va abroger l’arrêt de 1731 et même autoriser le partage des biens communaux mais va aussi avoir pour conséquence une interruption du commerce maritime.

Les grands propriétaires fonciers ne s’intéressent pas encore à la vigne, le blé est plus rémunérateur que le vin. Les récoltes de raisins sont peu abondantes et les rendements sont faibles de l’ordre de 10 à 15 hectolitres à l’hectare. L’habitude est de vendanger précocement et donc les vins ont un faible degré d’alcool et se conservent mal.

Les petits propriétaires essayent de valoriser quelques arpents de terre qu’ils travaillent à la pioche, n’ayant pas le matériel nécessaire  ni même un mulet, la culture de la vigne reste une culture populaire. Ce sont de toutes petites parcelles de quelques ares où les ceps ne sont pas alignés et où le remplacement des manques s’effectue par marcottage.

AD11_101Dv001_017

L’âge d’or.

A la fin du Premier Empire, seuls le Biterrois et dans une moindre mesure le Minervois et le Lézignanais, ont connu une véritable extension du vignoble mais dans le premier quart du XIXe siècle, la vocation viticole du département va s’affirmer.

Les paysans vont sortir d’un système de polyculture pour entrer dans un système de culture spécialisée à vocation commerciale. L’extraordinaire expansion du vignoble s’explique par l’augmentation de la population française et donc par une plus grande consommation de vin mais surtout par la construction du réseau ferré.

L’achèvement des lignes Paris – Languedoc en 1856, l’ouverture de la gare de Narbonne en 1857 et de la gare de Port La Nouvelle en 1858 ouvrent de nouveaux marchés. Le chemin de fer rend possible le transport à bas prix du vin sur de longues distances. Les progrès de la vinification grâce aux découvertes de Pasteur permettent la conservation du vin qui peut voyager sans devenir aigre.

Cependant, cette période va subir une première crise, l’oïdium ravage le vignoble de 1852 à 1857, la production chute des deux tiers mais cette diminution des récoltes est compensée par une hausse des prix. On assiste à une véritable frénésie de plantations !

En 1878, la vigne représente 90% de la surface cultivée dans l’arrondissement de Narbonne. On utilise aussi de nouveaux outils : le sécateur pour la taille, la charrue à la place du « bigos » et de la « rabassière ». Le travail de la vigne réclame une main-d’œuvre abondante : la taille, les traitements, les vendanges sont des opérations qui imposent de s’occuper un à un de chaque cep. Le village connaît un grand essor démographique. De 304 habitants en 1807, on passe à 1240 habitants en 1890 !

Pourtant, le vignoble audois porte en son cœur  une faiblesse fondamentale, il est orienté vers un marché de grande consommation, à prix modérés et il est soumis aux lois d’un marché qu’il ne contrôle pas.

Le phylloxéra ne va pas sauver la viticulture audoise mais lui assurer un répit.

Ce petit puceron qui faillit faire disparaître le vignoble français, apparaît pour la première fois en 1863. Sa marche est lente au début puis s’accélère : le Vaucluse en 1868, le Gard en 1869, Montpellier en 1869, le Biterrois en 1877 et l’Aude à Ouveillan en 1878. Cependant, il n’atteint Roquefort qu’en 1885.

Le vignoble de la région bénéficie en fait d’une période de prospérité de 1878 à 1885, à  la forte hausse des prix due à la disparition du vignoble français s’ajoutent de bonnes récoltes. Les viticulteurs qui ont bénéficié d’une décennie de répit par rapport aux voisins du Gard ou de l’Hérault peuvent reconstituer le vignoble très rapidement car on connaît à ce moment là le remède au mal.

En effet, un botaniste, Jules Planchon et un avocat viticulteur Jean-François Bazille découvrent que le greffage d’un plant français sur un porte-greffe américain permet au cep de résister au phylloxéra.

VIE DU VILLAGE022

L’âge des crises.

C’est donc une viticulture complètement rénovée qui sort de la crise du phylloxéra mais très vite, les viticulteurs vont s’apercevoir que tout a changé !

Les nouvelles vignes sont moins robustes que les anciennes, elles exigent des travaux plus importants : défonçage, greffage, davantage de labours, de plus les plants américains sont très sensibles au mildiou.

En outre, pendant la crise du phylloxéra, la production française ayant chuté, on a importé des vins d’Espagne et d’Italie. Le gouvernement français a aussi favorisé la création d’un vignoble en Algérie.

A partir de 1903, les vins algériens arrivent avec des quantités de plus en plus importantes, or ces vins sont très bon marché avec des degrés élevés ! Les négociants commencent à pratiquer le coupage avec les vins du Languedoc. La pénurie de vin pendant la crise  a amené le gouvernement à autoriser la fabrication de vins artificiels et le sucrage de la vendange !

Enfin, une succession de récoltes records (1899,1900, 1901, 1904)  va accentuer le phénomène de mévente et l’effondrement des cours (20 francs l’hectolitre en 1899, 5 francs en 1901).

En 1904, les ouvriers agricoles de Roquefort se mettent en grève pour protester contre leurs salaires jugés insuffisants. Le jeudi 4 février, à une heure de l’après midi, le clairon résonne dans les rues du village et 80 ouvriers agricoles répondent à l’appel. Le dimanche 7 février au soir, 200 personnes se réunissent au café Barthe. Ils protestent car leur salaire journalier a été réduit de moitié et le nombre de journées de travail dans l’année diminue considérablement.

Le 13 février à Narbonne, un accord entre les grévistes et les patrons est signé. Il porte en particulier  sur la durée de la journée de travail, le prix de la journée, le prix de la journée pour les femmes. Le 15 février, les ouvriers reprennent le travail.

La chute spectaculaire des cours de 1900 à 1907, entraîne une crise sans précédent, on peut parler véritablement de misère au début du XXe siècle. C’est dans l’Aude qu’éclate la grande crise de 1907 !

Chaque dimanche, des foules de plus en plus importantes, vont s’assembler autour de Marcellin Albert : cinq mille à Coursan le 14 avril, douze mille à Capestang le 21 avril, vingt mille à Lézignan le 28 avril et quatre vingt mille personnes le 5 mai à Narbonne ! L’élan populaire embrase le pays !

On compte cent cinquante mille personnes à Béziers le 12 mai, cent soixante et dix mille à Perpignan le 19 mai, deux cent mille à Carcassonne le 26 mai, deux cent cinquante mille à Nîmes le 2 juin et plus de six cent mille à Montpellier le 9 juin !

Le 19 juin, des membres du comité d’Argeliers et le maire de Narbonne, Ernest Ferroul sont arrêtés. La sous préfecture est attaquée, il y a un mort et des dizaines de blessés. Le vingt juin, la troupe tire sur la foule des manifestants faisant cinq morts et une dizaine de blessés. La ville est occupée par 10 000 soldats.

1907 est le symbole de toute l’histoire viticole de l’Aude, le mythe de 1907 resurgit à chaque crise et elles sont hélas  nombreuses. Ces manifestations se sont souvent terminées en affrontements parfois sanglants comme en 1976.

VIE DU VILLAGE044

L’âge de la coopération.

Finalement, ce grand mouvement populaire n’aura abouti qu’à deux résultats concrets : la loi du 29 juin qui instaure une surtaxe sur les sucres destinés à la vinification et la création de la Confédération Générale des Vignerons.

Face aux grands propriétaires et aux  négociants, la petite et moyenne propriété se lance dans un mouvement coopératif. La nécessité de se regrouper est imposée par les progrès de la vinification qui exige de gros investissements et par l’obligation de stockage pour réguler les ventes.

La première cave coopérative de  l’Aude voit le jour en 1909 à Lézignan, cinq autres sont créées avant la guerre. En 1920 sont créées les caves de Leucate et de Roquefort.

Fondée le 16 décembre 1920, la cave coopérative « La Vigneronne » à côté du café du marché, regroupe 45 membres. Le 25 juin 1966, La Vigneronne fusionne avec sa cadette la cave coopérative Saint-Martin. Celle-ci a été construite en 1949 sur des terrains cédés par MM Joseph Castan et Louis Marty. Sa capacité initiale de stockage était de 10 000 hectolitres, elle a été portée à 38 000 hectolitres.

Son président de sa création jusqu’en 1976 à été M Auguste Castan puis M Antoine Copovi puis M Jean-Marie Sanchis.

En 1981, la récolte à Roquefort était de 32 000 hectolitres, en 2009 elle n’était plus que de 16 000 hectolitres et les caves coopératives de Leucate et de Roquefort décidaient de fusionner scellant leur destin autour d’un nouveau chai d’une capacité de 100 000 hectolitres.

 

Sources :

« Le temps de la vigne » par Marc Pala et Jean-Louis Escudier. Les carnets du parc n° 14.

« La grève des ouvriers agricoles de Roquefort des Corbières en 1904 » par Robert Masquet. ARHP.

« Mémoires de Marcelin Albert » Editions Christian Salès.

FAITS DIVERS, CRIMES et CHÂTIMENTS!

En 2013, dans la brochure « Crimes, châtiments et autres faits divers » nous relations dans une série d’anecdotes des délits, des méfaits et même des assassinats ayant pour cadre notre village.
Lors de ses multiples recherches, Marc Pala a retrouvé sur le site Gallica,un article du journal Le Rappel en date du 27 décembre 1878. Ce texte numérisé provient de la collection de la Bibliothèque nationale de France et ne pouvant le rajouter à la brochure, nous le publions ici.
Cet article raconte une attaque de dilligence comme au far-west, mais dans nos Corbières maritimes!

∞ ∞ ∞ ∞ ∞

On écrit de Narbonne au Messager du Midi pour lui donner des détails sur une arrestation à main armée qui a eu lieu le 18 décembre sur la route de Fraïssé-des-Corbières.

Les personnes dévalisées sont : MM. Adolphe Miquel, Ferdinand Gazaniol, Anselme Fabre, Hippolyte Fabre, tous de la commune de Fraïssé-des-Corbières et Alphonse Marty capitaine du 125° territorial de la commune d’Embrès.

Les voyageurs étaient partis en voiture pour Fraïssé : Quatre d’entre eux étaient placés dans l’intérieur, le capitaine armé de son sabre s’était mis à côté du postillon.

La voiture suivait le chemin de traverse allant de Sigean à Fraïssé par le château de Montpezat, chemin fort mauvais et peu fréquenté, lorsque arrivée à cinq ou six kilomètres de Sigean, elle fut assaillie par cinq brigands armés de fusils et de revolvers qui étaient en embuscade à gauche et à droite de la route.

Les uns tenant en joue le postillon et l’officier, les font descendre de leur siège, enlèvent le sabre à l’officier et le dévalisent.

Les autres, revolver au poing, font mettre pied à terre aux voyageurs placés dans l’intérieur, les fouillent et font main basse sur leur argent, leurs montres et leurs bagages.

Le coup fait, ils s’éloignent, ordonnant aux voyageurs de repartir sur-le-champ.

On a dit que ces malfaiteurs étaient des Espagnols.

Les recherches de la justice n’ont pas encore abouti.

 

LE TEMPS DES PALOMBES

LE TEMPS DES PALOMBES

Le promeneur qui arpente la garrigue du côté des Moulins ou bien vers les « Caulasses » a surement été intrigué par ces abris en pierre sèche, de forme circulaire.
Qu’on les appelle affûts, palombières, ragues, postes ou baraques de passe, ces abris n’ont pour seule fonction que de dissimuler le chasseur aux yeux de la palombe.
De nos jours, celui qui est à « l’espera », (dans l’attente du gibier pour les non occitanistes), utilise son fusil pour tirer les vols d’oiseaux bleus qui remontent vers le nord au mois de mars mais il n’en a pas été toujours ainsi.

Sigean Garrigue Haute 024

Affût à palombes sur le site de Cambouisset.

L’arquebuse, l’ancêtre du fusil, a été classée arme de chasse en 1543 mais son emploi était dénigré par les nobles qui trouvaient ce principe ignoble, c’est-à-dire indigne d’un homme bien né.
Les fusils à chien qui permettaient un tir plus efficace grâce aux plombs et grâce à un chargement plus rapide des cartouches, ne furent utilisés qu’à partir du début voire du milieu du XIXe. Mais très peu de paysans alors possédaient un fusil. Comment chassait-on alors la palombe, me demanderez-vous ?
Et bien, au filet, on disait aussi pantes, pantières ou tirasses selon les régions.
Pourquoi au filet ?
Parce que Colbert, le ministre de Louis XIV en avait décidé ainsi. En 1669, une ordonnance royale, véritable code forestier, affirmait que seuls les gentilshommes pouvaient chasser ; une chasse noble bien sûr, à courre ou au vol (avec des faucons) ; seule exception pour les roturiers, ils pouvaient utiliser des filets pour attraper les oiseaux migrateurs, les alouettes, les grues, les merles, les pluviers, les sarcelles et autres oiseaux de passage, ils pouvaient aussi utiliser des pièges pour capturer les lapins. Ces chasses populaires et nourricières amélioraient l’alimentation et protégeaient les récoltes.
Il y avait aussi des coutumes régionales et de multiples tolérances provinciales. Ainsi, on trouve dès 1402, des documents officiels royaux qui attestent de donation de palombières. En Béarn, un règlement de 1443 donne les droits des habitants d’Oléron :
« Les hommes et femmes voisins résidents, habitants du lieu ont droit de chasse, authentique, de pratiquer la chasse au moyen de lacets, filets, pantes. Ils ont le droit de tailler, arracher et couper les arbres de toutes conditions sur tous les terrains du lieu pour faire ces chasses, ceci en toute franchise et sans reconnaissance à personne. »

En Navarre, dans les Pyrénées maritimes et ariégeoises, les gens chassaient la palombe et versaient une redevance, un oiseau sur dix.
La « palomance » était un droit d’usage qui autorisait l’installation d’un filet à palombe, moyennant le versement d’une redevance au seigneur ou à son garde ou bien au propriétaire du lieu.

Pla de Roque 010

Affût à palombes au Col de Naut.

 

Dans une brochure éditée par notre association et dans laquelle Paul Rivière fait le récit de ses souvenirs d’enfance, il décrit ainsi cette chasse qui perdura jusqu’aux années 50.
« Depuis longtemps, depuis l’hiver, ils étaient venus à leur cabane de pierres sèches pour préparer les nets, (voir photo) fignoler leur abri. La passe proprement dite, ou cabane, était flanquée de chaque côté de deux ou trois glacis avec, côté nord, une sorte de rigole bordée d’un rang de pierres où couraient les filets repliés en attente. Chaque bout de filet, de 7 à 8 mètres, était fixé au pal de bois qui tiré sèchement par la corde, décrivait un arc de cercle animant le filet d’un mouvement identique »

 

Le Crès blanc 022

Passe de Maugard Bey sur le site du Crès Blanc.

 

Le Crès blanc 024

Passe de Lucien Ferrand au Crès Blanc.

 

Le Crès blanc 026

Le « net » espace aplani où l’on plaçait les filets.

 

Il fallut attendre la fin de la première guerre mondiale et l’industrialisation pour que la possession d’un fusil se généralise mais on ne tirait pas à tout va car cela coutait cher. Jusqu’au milieu du XXe siècle, la plupart des chasseurs confectionnaient leurs cartouches dont ils conservaient l’étui après le tir afin de les recharger et ainsi diminuer le coût. Les « recettes maison » de fabrication étaient gardées secrètes…

La fabrication de cartouches racontée par Marcel Pagnol dans « La gloire de mon père ».
[Il y avait d’abord des rangées de cartouches vides et chaque rang avait sa couleur : rouges, jaunes, bleues, vertes.
Puis, de petits sacs de toile écrue, pas plus grands que la main et lourds comme des pierres. Chacun portait un grand numéro noir : 2, 4, 5, 7, 9,10.
Il y avait ensuite une sorte de petite balance à un seul plateau et fixé au bord de la table par une pince à vis, un étrange appareil de cuivre, muni d’une manivelle à bouton de bois]

 

Cartouches 014

Sertisseur

[Mon oncle prit un gros dé à coudre de cuivre, fixé au bout d’un petit manche de bois noir.
-Voici la jaugette pour mesurer la charge. Elle est graduée en grammes et décigrammes.]

 

Cartouches 007

 

Cartouches 009

Dosettes pour la poudre et le plomb.

Cartouches 010

Bourres et rondelles.

[Alors commença le remplissage des douilles, opération à laquelle mon père collabora : il enfonçait sur la poudre, les bourres grasses cuisinées par l’oncle Jules. Puis ce fut le tour des plombs, puis d’une autre bourre, et cette dernière fut surmontée d’une rondelle de carton sur laquelle un gros chiffre noir indiquait la grosseur du plomb.
Ensuite eut lieu le sertissage : le petit appareil à manivelle rabattit le bord supérieur de la cartouche et en fit une sorte de bourrelet qui enferma définitivement la meurtrière combinaison.]

Cartouches 019

Bourroir pour tasser.

 

La chasse à l’affût, c’est d’abord l’attente, immobile, tous les sens en éveil, guettant le moindre coup d’aile. Les yeux rivés sur l’horizon, on essaye de deviner dans le demi-jour, dans le gris de l’aube, le gris du vol de palombes.
C’est aussi ce contact intime avec la nature, avec le silence ou bien avec le Cers qui mugit et qui rend les doigts gourds au moment de saisir le fusil. C’est humer à pleines narines les parfums de la garrigue.
C’est un tapis de couleurs, tous les jours renouvelé. Le bleu des étangs en arrière plan, le rouge du soleil naissant, le gris blanc des nuages ourlés d’orange ou d’indigo et les diverses nuances de vert de la végétation.

Passes de l'Antran 003

Passe de l’Antran au Plat d’Amount.

 

C’est parfois une bonne « ramade» (mot occitan signifiant ondée ) qui vous fait     « s’acargnader » (se mettre à l’abri) au fond de la rague.
C’est dans la lumière d’un premier matin, l’excitation qui fait battre le cœur, la tension de tous les nerfs, l’émotion qui brouille les ordres du cerveau et après le coup de feu, la longue litanie de tous les arguments qui expliquent pourquoi vous avez raté l’immanquable !

Passe de Baptistin3

Passe de Baptistin Fresquet (né vers 1885?) aux Caulasses.

Car le principal plaisir de la chasse à la palombe est dans le récit du coup de fusil réussi du bon « paloumayre » (chasseur de palombes) ou dans la narration du « mazette » qui   «roumègue » (râle) tant et plus contre le soleil qui l’a aveuglé, contre son chien qui l’a gêné ou contre le chasseur voisin qui par son tir intempestif a fait dévier le vol, essayant ainsi de masquer sa maladresse !
Car le plaisir de la chasse ne peut être dans la vaine et stupide gloriole du nombre de pièces tuées ! Il n’est pas question de détruire ce que la nature nous a confié pour un temps et qui n’est pas inépuisable !
Le « paloumayre » voue un culte à la palombe, culte païen car terminé par une immolation, il attend avec impatience le mois de mars et prie Eole pour que le vent soit avec lui et espère revoir tous les ans des vagues bleues dans le ciel des Corbières.

 

 

Les Vignals 002

Passe de Paul Auguste aux Vignals.

 

Affut de St Clément + ruine 004

Passe de « Rançou » à Saint-Clément.

Passe d'Hippolite4

Passe d’Hippolyte Castan ( né en 1873) sur le site de l’Estagnol.

Mon Rêve 005

« Mon rêve » passe d’Eugène Castan (né vers 1900)

Mon Rêve 004

Affût construit en 1950 par Eugène Castan.

 

Passes de l'Antran 002

Net pour les filets.

Merci à Frédéric Olive ainsi qu’à Emile Castany pour leur contribution.

ARCHEOLOGIE PATRIMONIALE

Fin avril 2017, une équipe d’archéologues  de l’INRAP de Perpignan,           ( Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) est venue à Roquefort faire des fouilles sur le site du futur lotissement de La Capelle, en face du cimetière.

IMGP4231

Cette recherche s’est révélée fructueuse puisque l’équipe de l’INRAP a mis à jour des fragments de poterie de l’époque du Néolithique ainsi que la présence supposée d’un puits.

IMGP4216

Cette découverte atteste donc de la présence d’habitants dans notre commune à une époque fort reculée. En effet, en Europe occidentale, le Néolithique ou âge de la pierre polie, s’étend de 6000 ans avant J-C à 2200 avant J-C, soit le début de l’âge de Bronze.

Durant cette période, l’homme abandonne le nomadisme pour adopter une vie sédentaire et produire lui-même ses biens de consommation en cultivant la terre et en élevant des animaux domestiques même si la chasse et la cueillette continuent de fournir une partie importante des ressources alimentaires.

A l’industrie de la pierre s’ajoutent le travail de la terre cuite et des tissus tandis que l’organisation des groupes humains devient de plus en plus élaborée et entraîne une division du travail.

IMGP4223

Il est à noter que déjà en 2008, une campagne de prospection, le long de la vallée du Rieu, entre Roquefort et Sigean, avait permis la découverte de cavités sépulcrales contenant des restes d’un enfant et d’un adulte ainsi que d’une parure en coquillages attestant d’une occupation humaine.

IMGP4226

Peut-être que dans un futur proche, la construction du TGV permettra la réalisation de nouvelles fouilles et la découverte d’indices préhistoriques? Il reste à souhaiter que les archéologues auront le temps nécessaire pour leur travail et qu’un « malencontreux » coup de pelle mécanique ne viendra pas détruire le gisement comme cela avait été le cas en 2008 quand un dolmen sur la commune de Lapalme avait été arasé!

IMGP4228

 

 

 

LES COMMERCES DE LA COMMUNE AU DÉBUT DU XXe SIÈCLE.

Il était intéressant de se pencher sur l’inventaire des commerces et sur les diverses professions recensées au début du vingtième siècle dans notre village.
La première énumération que nous avons en notre possession date de l’année 1905. Roquefort comptait alors 1260 habitants!
En moins de cent ans, la vie du village va complètement changer ! Nous assistons à un véritable basculement; vous allez pouvoir constater cette évolution, cette révolution même.

De dix ans en dix ans, on note de nouveaux métiers mais aussi l’apparition du téléphone! Ce n’est véritablement qu’après la seconde guerre mondiale que ce « monde » va se transformer irrémédiablement.

 

1905

1260 habitants

Maire: Ernest Fabre.

Adjoint: D Castan.

Conseillers: D Ferrand, F Marty, A Alexandre, Combres, A Cauvet, A Causse, P Payri, J Castan, E Mas, E Fabre, F Berthomieu.

Curé: F Alquier.

Instituteurs: Gabriel Benausse, Freu (Albouy en 1908).

Institutrices: Mlle Rolland, Mme Marty.

Secrétaire de mairie: G Benausse.

Percepteur: M Garsand.

Receveur buraliste: Puges.

Commissaire de police: Aman Olive.

Gardes: MM Bouttes et Tournier.

Cantonnier: B Guichou.

Postes et télégraphes: Mlle A Caminade.

Affenage (alimentation du bétail) et auberge: L Raynaud.

Bouchers: A Fabre, Benjamin Molinier, J Castany.

molinier2

Benjamin Molinier avec son épouse Clémence (née Maurel)

Boulangers:E Magnougat, J Bartre, Cancel.

commerces004

La Boulangerie Magnougat

Bourreliers selliers: E Lalanne,Gazel.

Cafés: L Fresquet, E Barthe, G Crozes, P Marty.

Charron-forgeron: Gontiés.

Chaussures en tous genres: Siffre.

Coiffeurs: M Olive, L Calvet.

Cordonniers: A Rivière, Siffre.

Distillateur: Iréné Ferrand.

Docteur: C Pelissier.

Epiciers: F Comte, L Fresquet, Bartre, P Barthe.

ad11_101dv001_015

L’épicerie F Comte.

commerces001

Facture François Comte premier mars 1899

Hôtel-restaurant: Veuve Crozes.

Huiles et savons: G Crozes.

Journaux et revues: M Olive.

Laitiers: Bringuier, A Zéphirin, Malet, Montagné.

Lingerie et blanc: P Armentiès, A Alexandre.

Maréchaux-ferrant: B Canavy, C Sauvaire, Azéma.

Menuisiers: Jules Olive, Galy.

Merciers: G Comte, Bartre.

Tailleurs et confectionneurs: Filipot.

Tartres, lies, verdets: L Maingaud.

 

1914

1200 habitants en 1908

Maire: Elie Mas.

Adjoint: Joseph Fresquet.

Conseillers: Combres, M Gouzy, Martin Miquel, Clovis Langoustet,Maximin Estève, Antoine Fournier,François Ferran, Léonce Castan, Amédée et Francès Béranger.

Curé: Edmond Homps.

Instituteurs: G Benausse, Ferrier.

Institutrices: Mlle Rolland, Mme Marty.

Secrétaire de mairie: G Benausse.

Receveur buraliste: Clavery.

Commissaire de police: A Olive.

Garde: Bouttes.

Cantonnier:Louis Canavy, J Bouis.

Postes et télégraphes: Mlle Cauneille.

Affenage et auberge: L Raynaud.

Bouchers: A Fabre, Benjamin Molinier.

Boulangers: Magnougat, J Bartre, Névado.

Louis et Catherine Madeleine NEVADO, boulanger en 1914.

Bourreliers- selliers: E Lalanne.

Cafés: L Fresquet, E Barthe, Marty.

Chaussures en tous genres: Olive.

Coiffeurs: M Olive, L Calvet, Ernest Fresquet.

Cordonniers: A Rivière, Olive.

Distillateur: J Courtessol.

Docteur: Charles Pélissier.

Épiciers: F Comte,Fresquet, Veuve Barthe.

Hôtel-restaurant: Veuve Raynaud.

Journaux et revues: M Olive, Amans Olive.

Laitiers: Malet, Montagné, Nobensa.

Lingerie et blanc: Pierre  Armentiès.

commerces004

Facture de Pierre Armentiès.

Maréchaux-ferrant: B Canavy, C Sauvaire, Azéma, Antonin Alexandre.

commerces003

Facture d’Antonin Alexandre.

Menuisiers: Jules Olive, Galy.

commerces006

Facture de Jules Olive.

Merciers: C Conte, Bartre.

Tailleur et confectionneur: Palau.

Tartres, lies, verdets: L Maingaud.

Voiturier: Richard Castany.

Volailles, œufs, gibiers: Sauvaire.

Principaux propriétaires: J Ferran, L Castan, L Conte,  A Causse, J Castan,  C Langoustet,     P Castan, L Martrou, E Mas, T Marty, E Fabre, Maximin Estève, Désiré Alexandre, Désiré Castan, François Berthomieu.

 

1924- 1926

1005 habitants

Maire:    en 1924 Aubin Alexandre.

Léonce Olive en 1926.

Adjoints: Marty, Nadal; Martin Gouez en 1926.

Conseillers:

En 1924: C Castan, Jh Conte, Fr Ferran, Ch Ferran, E Fresquet, J Martin, L Olive, A Suzanne, L Suzanne.

En 1926: C Castan, Richard Castany, Paul Fournier, Aubin Alexandre, JB Berniolle, Baptiste Peyrard, Etienne Azéma, Sylvain Antoine,Julien Olive, Vincent Clastes.

Curé: Balmigère.

Instituteurs:

En 1924: Benausse, Bringuier.

En 1926: Benausse, Ferrié.

Institutrices:

En 1924: Mmes Bringuier et Marty.

En 1926: Mmes Ferrié et Marty.

Receveur buraliste: Claverie.

Commissaire de police: A Rivière.

Garde champêtre: Alexandre.

Cantonier: Bénézeth.

Receveuse des postes: Mlle Besson.

Bouchers:

En 1924:Ovide Castan (beau-fils de Benjamin Molinier), Fabre.

En 1926: Ovide Castan, Hermès Gourbeille.

commerces008

Ovide Castan à droite avec son épouse Louise (née Molinier) et leurs deux enfants, Louis l’aîné et Maurice.

i024

La boucherie Fabre.

Bois de chauffage: François Séguy,plus Pujolas en 1926.

Boulangers: Balayé, Bartre, Marcellin Castéra, Névado.

Clémence Névado Balayé, boulangère et porteuse de pains, 1924 1926.

 

commerces001

Boulangerie Bartre.

Bourreliers: Alban Marty,Jules Théron.

Cafés:

En 1924: Georges Grimaud, Barthe.

En 1926, Grimaud, Ludovic Azeau.

Camionneur: Casimir Saingenis.

Charcutier: en 1926: Coopérative.

Charrons-forgerons: Edmond Bonnéric,Benoît Gélis,Jh Martinez.

Ferblantier: en 1924: Auguste Busquet.

en 1926: Maingaud.

Chaussures: en 1924:Kléber Cathala,Olive.

en 1926: Coopérative, J Olive.

Coiffeurs: Olive, Calvet, Palau.

Cordonniers: Rivière, Olive.

Courtier en vins: Aubin Alexandre (téléphone: 2)

Distillateur: en 1924: J Courtessol (téléphone: 4), I Ferran (téléphone 2).

en 1926: Clauzel, Coopérative.

Épiciers: Veuve Bénézeth, Sauvère, Bernioles, Bonnéric, Barthe, Elie Garrigues, Baptiste Garrigues,Julien Olive, Coopérative, François Pages, Saingenis.

commerces002

Épicerie Sauvère.

commerces008

Facture de l’épicerie d’Anne Bénézeth.

 

commerces005

Facture de l’épicerie Julien Olive.

scan0001-julien-olive

Plaque de l’épicerie.

Restaurant: Texidor.

Laines: A Bergé (téléphone 3).

Marchand de poisson: Auguste Jalabert.

Maréchaux-ferrant: en 1924: Casimir Azéma, Emile Canavy, Pujolas.

en 1926: Delonca, Emile Canavy, Pujolas.

Maçons: Pierre Molas, Joachim Vinolas.

Menuisiers: Louis Olive, Galy.

Fourrage et paille: en 1924: Casimir Saingenis.

en 1926: Garrigue, Suzanne.

Négoce en laine: J.B. Alexandre.

Tailleur: Olive.

Tartres, lies: Canavy, Sabineu,Maingaud.

Vins en gros: en 1926: Marie Barthe, A Alexandre, Mme Ficher, Aimé Miquel, J Courtessol.

Volailles: en 1924: Léonie Francès.

en 1926: Charles Alexandre, Blancard.

Autobus: Bedos (tous les jours de Roquefort à Narbonne)

Principaux propriétaires: A Bergé, B Alexandre, A Conte,M Estève, J Ferran, L Ferran, A Fabre, D Castan, L Castan, E Mas, T Marty, Ruffel, Jammes, A Alexandre.

vie-du-village048

Distillerie Jules Clauzel (mentionnée dans l’annuaire des métiers de l’Aude en 1926)

1935-1936

840 habitants 

Maire:

En 1935: Aubin Alexandre.

En 1936: Désiré Alexandre.

Adjoints:

En 1935: Jules Martin.

En 1936:André Combres, Joseph Fresquet.

Conseillers:

En 1935: Aubin Gouzy,A Combres, Louis Marty, Etienne Azéma, Julien Olive, Louis Canavy, Martin Garrigues, Joseph Castany, Charles Roujou.

En 1936: Aubin Gouzy, Jean Roquelaure, Aimé Miquel, Etienne Saingenis, Alexandre Marceau, Nadal Marty, L Canavy, Martin Garrigues, Charles Roujou.

Curé: Savère.

Instituteurs: Ferrié.

Institutrices: Mme Ferrié, Castan.

Receveur  buraliste: Claverie.

Commissaire de police: en 1935: A Rivière.

en 1936: Pierre Fillion.

Gardes champêtre: Marius Fourty, Fernand Terrier.

Cantonnier: Jean Bonis.

Receveuse des postes: Mme Bataillé.

Bois de chauffage: Pujolas.

Bouchers: Louis Castan, Bringuier, Castany.

commerces014

Louis Castan avec son épouse et ses quatre enfants.

Boulangers: Bartre, Marcellin Castéra, Galy.

Bourreliers-selliers: Alban Marty,Joseph Théron.

Cafés: Georges Grimaud, Ludovic Azeau.

commerces003

Café du Marché ou café Georges Grimaud.

Camionneur: Casimir Saingenis.

Forgeron: Benoît Gélis.

Chaussures: Coopérative.

Coiffeur: Alfred Saunière.

Cordonnier: Olive.

Courtier en vin: Aubin Alexandre.

Distillateur: Coopérative.

Épiceries: Coopérative, la Ruche du Midi, Paycha, l’Etoile du Midi.

Ferblantier: Maingaud.

commerces009

Facture de Rémi Maingaud.

Fourrages et pailles: Jean Canal.

commerces012

facture de Jean Canal

 

Laines: A Bergé.

Maçons: Pierre Molas, François Ausset, Célestin Petit.

commerces011

Facture de Pierre Molas.

Maréchal-ferrant: Delonca.

commerces010

Facture d’Adrien Delonca.

Menuisier: Louis Olive.

Négoce en laines: J.B Alexandre.

Tailleurs: Pujol et Boudette à Sigean.

Tartres, lies: Canavy.

Volailles: Augustin Blancard.

Vins en gros: A Alexandre.

Autobus: Bedos, Saingenis (tous les jours de Roquefort à Narbonne)

Principaux propriétaires: A Bergé, B Alexandre, J Ferran, I Ferran, A Fabre, D Castan, L Castan, E Mas, T Marty, A Alexandre, Pujol, J.H Fresquet, Joseph Conte.

 

1949

669 habitants 

Maire: Louis Ferrier.

Adjoints: Martin Gouzy, Auguste Castan.

Instituteur: M Petit.

Institutrices: Mmes Ferrier, Olive.

Curé: M Mavit.

Receveur buraliste: Molières.

Receveur des postes: Monnot.

Commissaire de police: Raymond Bedos.

Receveuse des postes: Mme Bataillé.

Bois de chauffage: Pujolas.

Bouchers: Louis Castan, Fresquet.

Boulangers: Bartre, Marcelin Castéra, Galy.

Bourreliers: Auguste Marty, Joseph Théron.

Charron: B Gélis.

Coiffeurs: Gilles Fillion, Reine Cambou, A Coste, H Gouzy, Reine Texido.

p1080074

Gilles Fillion, coiffeur

Cordonniers: Olive, Pagès.

Courtier en vin: Eugène Combal.

Couturières: M L Suzanne, G Taillade.

Cycles: H Saury.

Distillateur: Coopérative.

Épiciers: Paycha, Etoile du Midi, Rivière, Castan Suzanne, Francès.

Fourrages et pailles: Jean Canal, Maurice Castan.

commerces013

Facture de Maurice Castan

Ferblantier: Rémi Mingaud.

commerces009

Facture de R Mingaud.

Laboratoire œnologique: Louis Canavy.

Laines: Bergé.

Limonadiers: Georges Grimaud, Ludovic Azeau.

Maçons: Jean Molas, Célestin Petit, Léon P.

Maréchal-ferrant: Delonca.

Menuisiers: Louis Olive, M Sanchez.

Primeurs et volailles: Fernand Suzanne.

ad11_101dv002_008

Maryse Suzanne, née Castan.

Repasseuse: M Alexandre.

Tartres et lies: Canavy.

Tailleurs: Pujol et Boudette à Sigean.

Autobus: M Bedos.

1976

657 habitants.

Maire: Albert Brothier.

Adjoints: Emile Salamo, Victor Blazy.

Conseillers: Marcel Bey, Louis Botella, André Canal, Georges Castany, Jean Conquet, Aimé Miquel, Noël Pujol, Christian Théron, Pierre Tichadou, Lucien Ferrand.

Curé: Abbé Signolles.

Instituteurs: M et Mme Jurado.

Secrétaire de mairie: Auguste Combres.

Personnel communal: Guy Alexandre, Georges Birba, Joseph Gimenez.

Receveur des PTT: M Barthes.

Préposée des PTT: Simone Gimenez.

Receveuse buraliste: Veuve Vezon.

Boucher-charcutier: Henri Daudé.

ad11_101dv002_009

Magasin d’Henri Daudé

Boulanger: René François.

Cafés: au village: Guy Grimaud

à la Murelle: Louis Mingaud.

Restaurants: Relais del Roc à Desferro-Cabals.

La broche au bois à la Murelle.

Épiciers: Jean Clastes, Veuve René Francès, Mme jean-Pierre Gouzy.

Droguerie mercerie: Mme Georges Combres.

Journaux: Mmes Daudé et Vezon.

Mécanique : Antoine Copovi père.

ad11_101dv002_122

Antoine Copovi à gauche 

Vente de carburants: Charles Bouttes.

Apiculteurs: Jean Malet, Pierre Rivière.

Cave coopérative Saint-Martin:

président: Antoine Copovi fils.

directeur: Louis Roujou.

ad11_101dv002_047

Devant la cave coopérative.

Union Sportive Roquefortoise (rugby):

Président: Marcel Noè.

sans-titre3

L’équipe de l’USR avec Marcel Noé, debout à gauche avec un béret.

 

BÂTIMENTS MARQUANTS DE LA COMMUNE

LE FOYER DES CAMPAGNES

De 1911 à 1914, le conseil municipal de Roquefort des Corbières s’était penché sur le projet de création d’une place publique et l’ouverture d’une rue.

Il avait été envisagé l’achat d’un terrain ainsi que d’un immeuble et d’une cour appartenant à M Schwab et auparavant à Madame veuve Sicre au lieu-dit « Champ de la Fount ».

Ce choix fut ensuite abandonné et le 29 mai 1913, le conseil municipal vota l’achat d’un terrain bâti appartenant à  Monsieur Léonce Castan  et d’une parcelle appartenant à Mme Eulalie Ferran.

Mais la guerre survint et le projet fut reporté. Terrains et bâtisses ne devinrent propriété communale qu’au début des années 20.Il fallut attendre le 13 avril 1932 pour voir naître un nouveau projet comportant la création d’une place publique et la construction d’un foyer des campagnes.

Enfin, en  juin 1934, le foyer était inauguré.

ad11_101dv001_033

ad11_101dv001_054

ad11_101dv001_061

ad11_101dv001_067

 

LA CAVE COOPÉRATIVE

 

La première cave coopérative de la commune fut « La Vigneronne » à côté du café. Fondée en 1920, elle regroupait 45 membres porteurs de parts. Les statuts furent édités en 1923.

ad11_101dv001_012

 

La cave coopérative « Saint Martin » fut créée en 1949. Elle fut construite sur des terrains cédés par MM. Joseph Castan et Louis Marty. Sa capacité initiale de stockage était de dix mille  hectolitres. Après des agrandissements successifs,  cela fut porté à trente huit mille.

Jusqu’en 1976, son président fut M Auguste Castan. En 1966, la cave « Saint Martin » fusionnait avec « La Vigneronne ».

De 1924 à 1974, fonctionna aussi une distillerie.

Page0004

 

Page0007

Page0006

 

ad11_101dv001_070

 

Toutes les informations concernant le foyer des campagnes et la cave coopérative sont tirées de la brochure écrite par M Roger Combres dans son « Journal rétro de Roquefort des Corbières ».

 

LE PONT A BASCULE

A la fin du XIXe siècle, chaque municipalité faisait bâtir à l’entrée de sa commune un petit édifice, le poids public appelé aussi pont à bascule.

Disposant d’une plate-forme de pesage, on pouvait ainsi peser le poids des marchandises et prélever un impôt: l’octroi.

Cela permettait  de faire rentrer de l’argent pour entretenir les chemins et les routes: un péage avant l’heure.

En 1900, Roquefort eut donc son pont à bascule.

bascule001